Vaccination : pas d'allongement du délai entre les deux doses Pfizer-BioNTech

26 janvier 2021 à 11h07 par Arnaud Laurenti

Le ministre de la Santé a indiqué ce mardi que le délai entre les deux doses du vaccin Pfizer-BioNTech serait maintenu à "3 ou 4 semaines". Une annonce qui intervient après la préconisation de la Haute autorité de Santé, samedi, d'élargir à 6 semaine ce délai.

ALOUETTE
Crédit: Capture écran | Twitter

"Je maintiens le délai de la deuxième injection à 21 ou 28 jours", a déclaré Olivier Véran lors d'une conférence presse organisée ce mardi. "Nous sommes face à une part d'inconnu, je fais le choix de la sécurité des données validées", s'est justifié le ministre, assurant que la question était "légitime" mais qu'un report n'aurait in fine qu'un "impact mineur sur le rythme des vaccinations".

"Plus grand est le délai entre les deux doses, plus le nombre de chances que les personnes déjà vaccinées oublient leur deuxième rendez-vous risque d'augmenter", a par ailleurs ajouté le ministre de la Santé. 

La Haute autorité de santé (HAS) avait préconisé samedi "d'élargir à 6 semaines le délai entre 2 doses de vaccin" au lieu de 3 et 4 semaines respectivement pour les deux déjà disponibles en France, ceux de Pfizer/BioNTech et Moderna.

L'objectif est "de protéger plus vite un plus grand nombre de personnes à risque d'hospitalisation ou de décès", alors qu'on dispose d'un nombre limité de doses en raison d'un "approvisionnement progressif".

Le raisonnement est le suivant : allonger les délais permet d'augmenter le nombre de premières injections, en utilisant des doses initialement prévues pour la deuxième. "Espacer les deux doses permettrait de vacciner au moins 700.000 personnes de plus le premier mois", assure la HAS.

L'Agence du médicament (ANSM) avait elle aussi jugé le 7 janvier qu'allonger l'intervalle à 6 semaines pouvait "être envisagé".

(avec AFP)