Vienne : une patiente de l’hôpital psychiatrique tuée par étouffement

8 octobre 2019 à 5h25 par Fabienne Lacroix

Une enquête est ouverte après le décès la semaine dernière d’une patiente hospitalisée dans une unité psychiatrique près de Poitiers, à Nieuil-l’Espoir.

ALOUETTE
L'unité Jean-Baptiste Pussin, à Nieuil-l'Espoir, où était hospitalisée la victime.
Crédit: ch-laborit

La victime, une mère de famille âgée de 29 ans, a été retrouvée sans vie le 2 octobre au matin par une aide-soignante du centre hospitalier Henri-Laborit.

Enquête pour homicide volontaire

L’autopsie a révélé que cette jeune mère de famille de 29 ans avait été étouffée.

Selon le procureur de la république de Poitiers, Michel Garrandaux, le décès résulte d’une « asphyxie mécanique provoquée par autrui".

Il ne s’agit donc pas d’une mort naturelle ou d’un suicide.

L'enquête a été confiée à la section de recherches de la gendarmerie, qui auditionne personnels et patients.

La nuit du drame, seuls un aide-soignant et un infirmier travaillaient dans le service.

Et selon les syndicats, pour l’un d’entre eux, il s’agissait de son 1er poste et son 1er service, alors que les personnes qui vont travailler de nuit doivent d'abord effectuer six mois de jour pour bien connaître les patients.

Les syndicats dénoncent d’ailleurs un  manque de moyens.

Un comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail doit se tenir ce mardi.