The Voice : Léa et son piano ont séduit les coachs !

27 février 2022 à 6h00 par Arnaud Laurenti

Sa voix et son interprétation au piano ont séduit le jury de The Voice lors des auditions à l'aveugle, samedi soir. Entretien avec Léa.

The Voice : Léa et son piano ont séduit les coachs !
Crédit: TF1 | ITV | Bureau 233

Étudiante au conservatoire de Nantes, Léa est montée sur la scène de The Voice samedi soir.  La jeune femme a réussi son audition à l'aveugle en interprétant "Strong" de London Grammar.

Ses objectifs, son ressenti... Entretien avec l'une des voix du Grand Ouest sélectionnée dans la nouvelle édition de The Voice !

 

Comment tu appréhendais cette première audition à l’aveugle samedi soir ?

C’était beaucoup de pression mais je savais aussi pourquoi j'étais là. Je sais que c’est ce que j’ai envie de faire, donc, j’y suis allée à fond.

 

Comment t'es-tu préparée pour ce passage sur scène ?

Je ne me suis pas vraiment préparée. Je suis étudiante au conservatoire, donc je fais de la musique tout le temps.

 

Comment la production de l’émission a détecté ton talent ?

Ils ont vu mes vidéos sur TikTok. Ça ne faisait pas longtemps que j’y étais et que je postais des vidéos, ils m’ont repérée grâce à ça. J'ai été contactée deux semaines avant l’audition à l’aveugle, parce que je ne me serais jamais inscrite de moi-même. J’ai dit oui et j’ai foncé. 

 

C'était une surprise ?

Oui, un petit peu. Parce que je venais juste de me lancer sur la plateforme et je ne pensais pas qu’il y aurait un retour pareil. Je ne pensais même pas du tout à The Voice.

 

Pourquoi avoir accepté de participer à The Voice ?

Effectivement, je ne pensais pas forcément à participer à une émission télé pour me faire connaître. J’ai pas mal développé mon projet personnel, j’ai sorti mon premier single il y a à peu près un mois. Et puis, je me suis dit que c’était quand même un super tremplin pour de la visibilité de mon projet. Comme toute aventure est bonne à prendre, j’ai foncé !

 

D’où t’es venu ce goût pour la musique ? Tu as toujours baigné dedans ?

Mon père faisait un peu de piano et c’est ça qui m’a initiée à la base. Ça m'a poussé à commencer le piano à 8 ans. Et le chant est venu un petit peu plus tard. Mes parents écoutaient déjà beaucoup de musique avec des influences très diverses. J'ai aussi un frère totalement mélomane et fan de beaucoup de styles différents : la soul, le disco, il écoute vraiment de tous les registres musicaux. Du coup, ça m’a toujours influencé. 

 

Tu es donc montée sur scène et tu as choisi "Strong" de London Grammar. Pourquoi cette chanson en particulier ?

Je suis déjà très fan de London Grammar et cette chanson défend une jolie idée : celle de pardonner et d'accepter. L'idée que l'acceptation est un processus. J’avais envie de retranscrire cette émotion que j’ai pu ressentir dans mon passé.

 

Tu as eu le trac avant de monter sur scène ?

Oui, énorme trac avant de monter sur scène ! Tout s’est fait tellement vite entre le premier appel de l’émission et mon passage sur scène ! Je n’ai pas tellement eu le temps de réaliser. Là, je commence un petit peu à réaliser (rires).

 

Qu’est-ce que tu as ressenti sur scène quand tu as vu la réaction des coachs ? Est-ce que ça t’a perturbée au moment de chanter ?

J’étais sur mon piano, donc, au début, je ne voyais pas les coachs. À un moment, j'ai jeté un coup d'oeil vers les fauteuils et là, j’ai vu Florent Pagny en train de me regarder. Je me suis dit : « Wow, c’est réel ! ». J’ai tracé, j’ai foncé, j’ai tout donné. C’était assez magique comme moment. Un peu irréel mais assez incroyable.

 

Finalement, tu as choisi Amel Bent pour t'accompagner. Pourquoi ce choix ?

Je ne pouvais pas aller chez Florent car Vianney l’avait bloqué. Je devais donc choisir entre Vianney et Amel. J'avais déjà dans l'idée d'aller vers Amel pour son côté pop et vocal. Vianney aussi m’a touchée, j’ai beaucoup hésité mais il fallait faire un choix.

 

Qu’attends-tu d’Amel Bent ?

J'espère qu'elle m'aidera à me détacher de mon piano. Parce que là je suis dans ma bulle. C’est dans mon identité mais j’aime aussi chanter debout. Le fait de me détacher, de lâcher prise sur scène, c’est quelque chose que j’attends peut-être dans le travail qu’on va avoir toutes les deux.

 

Qu’est-ce que l’émission peut t’apporter ?

Le fait de lâcher prise et de vraiment mettre de côté le regard des gens, de ne plus me cacher. De réussir à me libérer, à aller plus loin : je m’étonne déjà d’avoir osé accepté de participer à l'émission. Je sais que c’est ce que je veux faire et j’espère que ça pourra m’apporter de la visibilité pour mes projets.

 

(Entretien retranscrit par Mikaël Le Gac)