Volley : pas d'exploit pour Tours en finale de Coupe CEV

24 mars 2022 à 6h46 par Bastien Bougeard

Pas de prouesse pour Tours: sèchement battus à l'aller (3-0), les volleyeurs du TVB n'ont pas fait mieux dans leur salle ce 23 mars (défaite 26-24, 25-18, 25-18), laissant Monza repartir avec sa première Coupe CEV (C2).

tvb
Crédit: Pixabay

Le suspense n'aura duré qu'une petite heure en Touraine. Balayé 3-0 à l'aller, le TVB devait s'imposer et ne laisser qu'un petit set à Monza: il s'est écroulé. Terne.

Il ne fallait perdre qu'un seul set maximum

Tours y a pourtant cru dans le premier set. Un excellent début de match et une bouillante salle Grenon mettaient les Tourangeaux sur les rails pour aller chercher un troisième trophée européen, après la Ligue des champions en 2005 et la Coupe CEV en 2017.

Porté par les services de Leandro Nascimento, les attaques de Geraldo Graciano et la classe de Kévin Tillie, le TVB a d'abord pris les devants (13-9), avant de se laisser grignoter. Petit à petit, comme à l'aller, le rouleau-compresseur italien s'est mis en branle avec un excellent Uladzislau Davyskiba derrière le volant (2 services, 5 attaques et 2 blocs gagnants). Monza a fini par aplatir la première manche (26-24).

Un deuxième set difficile pour Tours

Les leaders incontestés de la Ligue A voyaient alors se profiler le calvaire du match aller. Fatigués, ils avaient coulé face à la puissance de feu de Monza. La fraîcheur avait fait défaut dans la banlieue de Milan, elle n'a pas non plus été au rendez-vous sur les bords de Loire.

Assommés d'entrée, les Tourangeaux n'ont en effet ensuite que très peu existé dans le deuxième set. Impérial, Monza a brillé dans le sillage de son capitaine Thomas Beretta. Les Lombards ont plié la manche 25 à 18, scellant l'issue de la finale.

Dans le dernier set disputé pour l'honneur, le TVB, un des clubs les plus titrés du volley français, avec dix Coupes de France et huit titres de champion de France, n'a pas su relever la tête (25-18). Le cœur n'y était plus du côté des joueurs de Marcelo Fronckowiak.

(avec AFP)