Basket : Tours travaille sur un projet de grande salle à 20 millions d’euros

15 octobre 2021 à 7h56 par Bastien Bougeard

Tours renoue avec la Pro B ce 15 octobre. Pour son premier match, le TMB accueille Saint-Quentin à la halle Monconseil. Problème : cette salle est trop petite. Le président du club annonce travailler sur un projet d’une salle de 5 000 places pour octobre 2022.

Halle-Monconseil-Tours
La halle Monconseil peut accueillir au maximum 1 500 personnes.
Crédit: B.Bougeard | Alouette

Après 23 ans d’absence, Tours signe son retour dans le basket professionnel ce 15 octobre. Pour la première journée de Pro B, le Tours Métropole Basket reçoit Saint-Quentin à 20 heures à la Halle Monconseil. Une halle, qui peut accueillir 1 500 spectateurs maximum dans laquelle le TMB se sent à l’étroit. Spectateurs refusés à l’entrée, partenaires mis sur liste d’attente…Au total, le manque à gagner est estimé à 150 000 euros pour la saison. Une situation qui déplaît au président du TMB Bruno de L’Espinay. Il annonce travailler sur un projet de grande salle de 5000 places pour un coût de 20 millions d’euros.

Depuis la montée en Pro B au mois de mai, le débat sur une grande salle de sport à Tours est relancé. Vous annoncez aujourd’hui que vous travaillez avec la LNB et GL Events (qui a construit l’aréna de basket pour les JO de Londres en 2012) sur une salle modulaire de 5 000 places. Qu’est-ce qu’une salle modulaire ?

Ce sont des grandes salles qui sont positionnées à partir d’éléments forts qui sont positionnés sur un terrain plat, contrairement à un sol en béton, ce n’est pas du tout la même chose, ce sont des sols qui peuvent être démontables éventuellement et qui permettent d’avoir une capacité très grande et très rapide à installer.

Vous annoncez un coût de 20 millions d’euros pour cette grande salle, alors que d’autres projets peuvent monter à 50 millions d’euros. Vous réduisez les charges pour garantir les chances que cette salle voit le jour ?

Voilà. La salle coûte 15 millions d’euros, on rajoute 2,5 millions d’euros pour tout ce qui est bureaux, annexes, les lounges, la partie staff, la partie direction, etc. Et puis, il y a un million d’euro de complément pour des annexes extérieures complémentaires. Donc, ça fait 18,5 mais on peut compter 20 millions d’euros. C’est quand même un coup excessivement intéressant ! Quand on voit ce qui a été fait ailleurs, on est sur des coûts beaucoup plus faibles, ce qui pourrait permettre à différentes collectivités de pouvoir s’entendre sur ce financement qui est quand même beaucoup plus intéressant que ce qu’on a pu voir ailleurs.

Le site Michelin a été évoqué cet été pour l’emplacement de cette grande salle modulaire. C’est toujours l’option privilégiée ?

Le site Michelin fait quand même 17 hectares, sur un terrain qui plat, ce qui est important, donc, ce serait une création de salle sur un terrain plat, ce qui est beaucoup plus facile à faire. Il y a peut-être d’autres possibilités par rapport à la ville de Tours. On a parlé, également, du Géant Casino à La Riche éventuellement, c’est une autre solution, bien que là, il faut faire attention à la partie inondable. Nous, on est ouvert à tous les terrains qui sont bien positionnés en Touraine avec un espace parkings important parce que ça il ne faut pas le négliger. Mais, c’est vrai que le site Michelin serait une bonne idée.

Vous devez refuser du monde à la halle Monconseil, faute de place. Nous avons l’impression que vous voulez donner un coup d’accélérateur sur ce projet…

Le budget du club pour la saison 2021-2022 est de pratiquement 2 millions d’euros de budget parce qu’on a un nombre de partenaires qui sont arrivé d’eux-mêmes avec la montée en Pro B. On n’a même pas eu besoin de faire de commercial, les Tourangeaux ont la fibre basket et les entreprises aussi. Cette saison, on va avoir 250 entreprises qui seront partenaires. Le problème, c’est qu’on a un manque de places aussi au niveau du réceptif. On ne peut garantir un espace VIP que pour un maximum de 500 personnes, alors évidemment, c’est un crève-cœur. On a des sociétés qui sont même sur la liste d’attente, c’est quand même malheureux d’en arriver là. Du fait d’une salle trop petite, du fait d’un réceptif trop petit et du fait de l’engouement pour le basket tourangeau. On est, largement, le club de Touraine qui a le plus grand nombre de partenaires. Maintenant, il faut savoir accueillir nos clients, accueillir nos entreprises et accueillir nos joueurs de la meilleure façon qui soit.

Vous l’espérez pour quand cette salle ?

Si les choses vont relativement rapidement entre les collectivités territoriales, c’est-à-dire la mairie, le département, la métropole et la Région, cette salle pourrait être opérationnelle dès octobre 2022. Il faut six mois pour la construire. Vu le coût de cette salle, je crois qu’il ne faut absolument pas commencer à tergiverser. Le coût est peut-être deux à trois fois moins cher que ce qu’on aurait pu envisager au départ. Maintenant, je pense que les collectivités peuvent très bien aller rapidement. Je crois que tout le monde est d’accord pour dire qu’il faut une grande salle de sport à Tours.

Sur le plan sportif, le TMB laisse entrevoir de belles choses. Vous la trouvez comment cette équipe ?

C’est vrai qu’on a eu des matchs un petit peu circonstanciés parce qu’on a gagné en Coupe de France aux Sables-d’Olonne, on a battu Evreux en match amical, on a gagné à Blois en Leaders Cup, on a perdu nos deux confrontations contre Nantes, on a fait du bon et du moins bien. Le tout, c’est une question de constance sur le terrain durant les quatre quart-temps. Je pense que si l’équipe se rééquilibre bien, on pourra passer de bons matchs.

Quel est votre sentiment à quelques heures de ce premier match de championnat ?

Un petit peu stressé car c’est le premier match, surtout qu’il est à domicile, on voudrait quand même faire plaisir à nos supporters et à nos partenaires. C’est vrai que c’est stressant mais ça fait 7 ans que je stresse dans le basket, ça fait 7 ans que j’ai un objectif à réaliser et je pense que sportivement on l’a réalisé. Tout ce que je souhaite maintenant, c’est que si le sportif est fait, il faut que les politiques derrière nous aident pour la salle. Ça c’est urgentissime.

Vous visez le maintien en Pro B pour cette première saison ?

On a une équipe, à mon avis, qui est très compétitive. On est la septième masse salariale de Pro B. On nous place actuellement aux environs de la 10e place dans les pronostics. Nous, ce n’est pas le maintien que l’on recherche, c’est plutôt les 10 premiers, voir l’approche des play-offs. Quand on va entendre le coup de sifflet de cette première rencontre, on va tous être à fond. Il y aura 34 matchs de championnat dans la saison, 17 à Tours, donc, on a le temps de voir venir. Je touche du bois parce que j’espère qu’il y aura le moins de blessures possibles pour que l’équipe reste au complet et la plus solide possible. J’espère que tout se passera bien !

 

Propos retranscrits par Mikaël Le Gac