La success-story de Bob, le mini lave-vaisselle de deux créateurs vendéens

7 janvier 2022 à 15h40 par Denis LE BARS

Huit mois après le tournage de l’émission « Qui veut être mon associé ? », où en Bob ? Qu’en est-il de Daan Technologies et de ses deux créateurs ? Quelles sont les ambitions de l’entreprise implantée à Cugand ?

L'équipe de Daan Technologies dont Damian Py, assis sur le Bob rouge
L'équipe de Daan Technologies dont Damian Py, assis sur le Bob rouge
Crédit: Daan-Technologies

Nous avons contacté Damian Py, l’un des deux créateurs de Bob, alors qu’il se trouvait à Las Vegas. L’ingénieur participe au CES, le célèbre Consumer Electronics Show, endroit idéal pour démarcher aux Etats-Unis.

Vous avez décroché  1,5 million d’euros d’investissement lors de l’émission tournée en mai dernier. Huit mois plus tard, ces investissements se sont-ils confirmés ?

Non, nous n’avons pas finalisé l’opération pour différentes raisons, notamment le fait qu’on ait eu entretemps des propositions plus importantes de la part d’autres investisseurs. Néanmoins, aujourd'hui rien n’est bouclé. Une levée de fonds est une opération qui prend énormément de temps. Par ailleurs, s’associer avec un investisseur, c’est un peu un mariage mais on ne peut pas divorcer. Du coup, il faut réfléchir, et nous préférons attendre encore quelques mois pour décrocher pourquoi pas 5 à 10 millions d’euros d’investissement. En tout cas pour l’instant notre priorité, c’est notre développement commercial et en particulier à l’international. C’est d’ailleurs un succès puisque nous avons vendu 35 000 « Bobs » au cours de l’année 2021. Précisons que nous avons lancé le produit en novembre 2020.

Vous disposez donc d’assez d’argent ?

On ne dégage pas une forte rentabilité, mais on ne perd pas d’argent. La boite tourne. Plus de 50 % de nos ventes sont réalisées via notre site, le reste chez des distributeurs comme Darty ou Boulanger.  Ce qui compte, ce sont les clients. Moi je suis pragmatique.

Vous n’êtes pas les seuls sur le marché ?

Non. Notre principal concurrent est chinois, un géant de l’électroménager qui a copié ce que nous faisons mais qui n’a pas compris notre produit. Leur lave-vaisselle est plus large donc moins pratique. Il nécessite plus d’eau et ses performances sont moindres que celles de Bob. Notre appareil affiche des performances, un design, et un rapport qualité prix plus compétitifs. Certains de nos clients nous disent d’ailleurs que le leur Bob fonctionne bien mieux que leur ancien lave-vaisselle classique. Nous avons aussi su nous adapter. A Taiwan où nous vendons des Bobs, nous avons dû améliorer et différencier la qualité de lavage de nos appareils car le thé tache la vaisselle différemment du café – plus répandu en Europe.

Vos clients ?

Des jeunes cadres dynamiques, célibataires, des seniors, ou encore des étudiants qui représentent 20 % de nos ventes. Pour eux nous avons sorti une version plus minimaliste et moins chère (289 euros avec paiement en 12 fois sans frais).

Qu’en est-il de vos effectifs ?

Nous sommes arrivés il y a deux ans à Cugand (85) avec une dizaine de salariés. Aujourd'hui, près d’une cinquantaine de personnes, plus une dizaine d'intérimaires. Mais nous devons muscler nos équipes administratives, le développement commercial, le graphisme, et bien sûr la production. Nous allons devoir ouvrir une nouvelle ligne spécifique pour les appareils 110 volts, pour les Etats-Unis, le Canada, Taiwan, le Mexique et le Japon (220 en Europe).

Vos objectifs pour cette année 2022 ?

Nos objectifs, c’est de quasiment doubler nos ventes, de passer 50 000 à 70 000. Mais ce n’est pas tout. Nous comptons ouvrir un nouveau site de production ailleurs pour y fabriquer une sorte d’appareil de cuisson multifonction, pour les trois repas de la journée. Nous travaillons aussi sur la fabrication d’un mini lave-linge, qui ne serait pas commercialisé avant 2024.

En attendant, vous êtes à Las Vegas

Oui, notre objectif c’est de nous faire connaître partout dans le monde, en particulier en Asie, mais aussi aux US. C’est un marché énorme. Les appartements des grandes villes sont de plus en plus petits, or une grande partie des Américains lavent leur vaisselle à la main. Ajoutons à cela le marché américain des camping-cars, terrain idéal de conquête pour notre petit lave-vaisselle.