10 mois de prison avec sursis après avoir menacé une députée vendéenne sur Facebook

2 mars 2019 à 15h57 par Rédaction Alouette

<p>L'homme, résidant en Alsace, avait menacé de "plastiquer" le domicile de Patricia Gallerneau.</p>

ALOUETTE

Un homme d'une quarantaine d'ann�es a �t� condamn� ce vendredi par le tribunal correctionnel de Colmar � dix mois de prison avec sursis pour avoir menac� sur Facebook la d�put�e de Vend�e Patricia Gallerneau.

Cet habitant du Haut-Rhin comparaissait libre. Il a �t� reconnu coupable de "menace de mort ou d'atteinte aux biens dangereuse pour les personnes � l'encontre d'un �lu public" et de "provocation directe non suivie d'effet � un attroupement arm� commis" pour diff�rentes d�clarations faites sur Facebook.

Sa peine, conforme aux r�quisitions du parquet, est assortie de 1000 euros d'amende et d'une interdiction de d�tenir une arme pendant cinq ans.

Un commentaire visant le domicile de la d�put�e

Le 6 janvier, la d�put�e de Vend�e, Patricia Gallerneau, indiquait sur Facebook, photos � l'appui, avoir d�couvert un mur de parpaings �rig� devant son domicile personnel dans la nuit, l'emp�chant de sortir de chez elle. Elle consid�rait qu'il s'agissait d'une action men�e par des "gilets jaunes".

L'homme a ensuite post�, depuis son propre compte Facebook, un commentaire mena�ant : "demain si �a continue �a pourrait �tre du plastic comme en Corse, c'est aucunement une menace, juste une mise en garde" si le pr�sident de la R�publique Emmanuel Macron ne d�missionnait pas.

"Une r�action peut-�tre �pidermique"

Ne s'affichant pas comme "gilet jaune", il a affirm� devant la cour que ce message � la d�put�e de Vend�e �tait "tout sauf une menace". Il a d�clar� avoir voulu "lui faire passer tr�s maladroitement le message pour qu'elle relativise" ce qu'il lui arrivait par rapport � ce qu'il consid�rait �tre les probl�mes de beaucoup de Fran�ais.

Son avocat, Me Thierry Gross, a �voqu� "une r�action peut-�tre �pidermique", qui "traduit un ras-le-bol social, personnel".

 

(Avec AFP)