7 soignants Argentins mis en examen pour homicide volontaire suite à la mort de Diego Maradona

20 mai 2021 à 9h38 par Antoine Judit

Depuis le décès du footballeur Argentin le 25 novembre dernier, sept personnes étaient mises en examen pour homicide involontaire. Ils sont désormais accusés d’homicide volontaire.

ALOUETTE
Crédit: Creative Commons

Les sept mis en examen pour la mort de Diego Maradona en novembre dernier, jusqu'ici accusés d'homicide involontaire, sont désormais poursuivis pour homicide volontaire et encourent de 8 à 25 ans de prison rapporte l’AFP. 

Avec ce changement de qualification, le parquet considère que la mort de Maradona n'est pas le résultat d'une faute professionnelle ou d'une négligence de l'équipe médicale du "pibe de oro", mais que médecins et soignants n'ont rien fait pour empêcher sa mort quand celle-ci s'est matérialisée. 

Traitement "inadéquat, déficient et imprudent"

Cette aggravation des charges est lié à la parution début mai d'un rapport d'experts, qui a conclu que Maradona avait été "abandonné à son sort" par son équipe soignante, dont le traitement "inadéquat, déficient et imprudent" a conduit à une lente agonie. 

"Les signes de danger de mort qu'il présentait ont été ignorés", estimaient encore les vingt experts, dont les médecins légistes qui ont pratiqué l'autopsie et des spécialistes de diverses disciplines médicales, et les soins infirmiers prodigués sont "entachés de déficiences et d'irrégularités". 

Maradona, qui souffrait de problèmes aux reins, au foie et au coeur, est mort d'une crise cardiaque le 25 novembre 2020, quelques semaines seulement après avoir subi une opérationdu cerveau pour un caillot de sang. 

Sept personnes ont été mises en examen par le procureur de la République de San Isidro: le neurochirurgien Leopoldo Luque, principal accusé, la psychiatre Agustina Cosachov, un psychologue, deux infirmiers (un homme et une femme) qui étaient au chevet de Diego Maradona, ainsi que le superviseur de ces infirmiers et un médecin coordinateur de l'hospitalisation à domicile.

(Avec AFP)