Infos

Angers : une soirée "Projet X" interdite par la préfecture

02 juillet 2020 à 14h34 Par Arnaud Laurenti
Crédit photo : Pexels

Suite à la promotion de l'événement sur les réseaux sociaux, la préfecture rappelle que ce type de rassemblement non-déclaré est illicite et indique les organisateurs s'exposent à des sanctions.

Pas de soirée "Projet X" à Angers sous peine d'amendes ! Dans un communiqué, la préfecture du Maine-et-Loire indique que le rassemblement "Projet X" organisé ce samedi 4 juillet à Angers est illégal et donc interdit. "Les organisateurs de rassembements festifs non déclarés et autorisés encourent des sanctions", indique le préfet.

Contrôles renforcés

"Il est actuellement fait la promotion sur les réseaux sociaux d’une soirée payante illicite sur Angers, intitulée «Projet X», prévue le 4 juillet 2020 de 22h30 à 6h. Je rappelle que le décret du 31 mai 2020 modifié, relatif aux mesures générales pour faire face àl’épidémie de covid-19, interdit tout rassemblement autre que professionnel sur la voie publique oudans un lieu ouvert au public, mettant en présence de manière simultanée plus de 10 personnes, cequi inclut également les lieux privés ouverts au public", écrit le préfet du Maine-et-Loire, René Bidal.

L'organisation d'un tel événement "n'est pas convenable" selon le préfet, qui rappelle que les organisateurs s'exposent à six mois d’emprisonnement et 7 500€ d’amende. Les participants eux encourent une contravention de 135 euros.

"Les forces de l’ordre seront particulièrement vigilantes aux rassemblements qui pourraient avoir lieu et procéderont aux contrôles et aux verbalisations qui s’imposent, pour faire respecter les obligations sanitaires en vigueur", prévient le communiqué de la préfecture.

Samedi dernier, une soirée "Projet X" s'est tenue sur l'esplanade des Invalides, à Paris, et a dérapé en affrontement avec les forces de l'ordre.

Le terme "Projet X" fait référence à un film américain de Nima Nourizadeh, sorti en 2012, racontant comment une soirée d’anniversaire organisée sur les réseaux sociaux échappe à tout contrôle.