Après "Plus belle la vie", la bretonne Nadia Zeddam passe derrière la caméra

23 mars 2021 à 11h08 par Marie PIRIOU

Réaliser un film court de deux minutes et vingt secondes sur un thème imposé… C’est l’objectif du Nikon Film Festival. L’actrice et réalisatrice bretonne Nadia Zeddam participe à ce festival. Nous nous sommes entretenus avec elle.

ALOUETTE
Nadia Zeddam et Pauline Bression, actrices dans "Plus belle la vie" et réalisatrices.
Crédit: Nadia Zeddam

"Un deux trois soleil". C’est le nom d’un court-métrage en lice pour le Nikon Film Festival. Un film co-réalisé par la jeune réalisatrice costarmoricaine Nadia Zeddam, âgée de 29 ans, en collaboration avec Pauline Bression. Les deux jeunes femmes, actrices, se sont rencontrées sur le plateau de "Plus belle la vie" (sur France 3). Nous avons rencontré Nadia Zeddam.

Pouvez-vous pour commencer nous parler de vos racines et de votre parcours ?

Je suis née à Lannion et j’ai vécu à Perros-Guirec toute mon enfance jusqu’à mon baccalauréat. J’ai ensuite quitté Perros-Guirec pour entrer dans une école de commerce à Nantes. Une fois ma licence en poche, je suis partie à Paris pour faire le Cours Florent pendant trois ans. Lors de ma dernière année au Cours Florent, j’ai été appelée pour passer le casting de "Plus belle la vie". J’ai passé le casting à Paris et j’ai eu la réponse trois jours après. A la suite de ça, je suis partie à Marseille pour tourner dans la série.

155559562_268132714685142_1975157373465002979_n.jpg (379 KB)

Donc après avoir joué dans la série "Plus belle la vie", vous avez choisi d’évoluer vers la réalisation. Pourquoi ce choix ?

C’est mon tout premier projet que j’ai coréalisé avec Pauline Bression qui joue le rôle d’Emma dans la série "Plus belle la vie". Depuis quelques temps, on pensait à ça. On voulait vraiment essayer d’être derrière la caméra. On réfléchissait à écrire un projet ensemble autour de valeurs communes. On a regardé le thème cette année du Nikon Film Festival qui est le jeu. J’étais en vacances avec Pauline, et au détour d’une conversation, on s’est dit pourquoi ne pas parler d’un sujet qui nous tient à cœur ? A savoir, les violences faites aux femmes, au travers du jeu. On a eu une petite idée, on s’est dit "on y va et on ne lâche rien".

Alors justement, pourquoi ce thème en particulier ? Pourquoi avoir choisi les violences faites aux femmes ?

Pauline et moi sommes vraiment impliquées dans cette lutte. On s’est dit qu’avec ce qu’il venait de se passer lors du premier confinement, l’augmentation des violences faites aux femmes, il fallait en parler. On ne voulait pas du tout être moralisatrices dans notre message, on a essayé de faire quelque chose de subtile, on espère avoir réussi à faire ça. On s’était dit que c’était l’occasion et qu’il fallait y aller.

156005412_718388565716466_736566219639459332_n.jpg (328 KB)

Vous êtes satisfaites du résultat ?

Oui, on a beaucoup travaillé toutes les deux en amont au niveau du texte et du scénario, et lors de la dernière prise pendant le tournage, quand les deux actrices ont joué la dernière scène, on s’est regardé toutes les deux et on a eu les larmes aux yeux au même moment. On est vraiment parvenu à faire ce que l’on voulait.

155543385_778550929414211_248162398303801338_n.jpg (338 KB)

Quels sont les premiers retours pour le moment ?

On est contentes parce qu’on a de bons retours. Et pour un premier projet, ça fait vraiment chaud au cœur. On est très émues.

(Entretien retranscrit par Mikaël Le Gac)

Vous pouvez soutenir le court-métrage de Nadia Zeddam et Pauline Bression "Un deux trois soleil" sur le site du Nikon Film Festival jusqu’au 11 avril.