Cancers pédiatriques : Une mère alerte après la détection de plusieurs cas autour d’Ancenis

19 décembre 2019 à 14h47 par Clovis Canivenc

En Loire-Atlantique, plusieurs cas de cancers pédiatriques ont été recensés autour de la commune d’Ancenis.

ALOUETTE
Entre cinq et six cas de cancers pédiatriques ont été recensés autour d'Ancenis, en Loire-Atlantique
Crédit: Archives

Après la découverte d’une vingtaine de cancers pédiatriques autour de Sainte-Pazanne, une autre commune de Loire-Atlantique inquiète suite à la détection de plusieurs cas. Il s'agit d'Ancenis. C’est la mère d’un enfant malade qui alerte dans les colonnes de Presse-Océan ce mercredi.

De cinq à six cas autour d’Ancenis

Son garçon âgé de 5 ans est atteint d’une leucémie. Durant les hospitalisations de son fils au CHU de Nantes, cette habitante de Ligné a rencontré plusieurs parents d’enfants malades résidant également autour d’Ancenis.

Selon son décompte, elle aurait recensé six cas de cancers pédiatriques dans la région entre décembre 2017 et octobre 2018. Ce chiffre grimpe même à neuf en élargissant le périmètre à 20 kilomètres. Interrogé en conseil municipal, Maurice Perrion, le maire de Ligné, dit avoir connaissance de cinq cas.

Provoquer un déclic

D’après la mère, deux jeunes enfants seraient décédés suite à des cancers pédiatriques. Mais pour le maire, ces deux décès n’auraient « rien à voir avec les autres pathologies signalées », comme il l’explique à nos confrères. Quelle est l’origine de ces cancers pédiatriques ? Le rôle des facteurs environnementaux fait actuellement l’objet d’études, mais la mère de l’enfant malade attend surtout une prise de conscience collective.

« Il faut absolument que cela provoque un déclic. Un cancer pédiatrique, c’est censé être rare. Au CHU, les médecins affirment que ces types de cancers ont une origine environnementale. Forcément, on pense pollutions, pesticides, qualité de l’air et de l’eau, ondes, éoliennes… Il est urgent que citoyens, élus, agriculteurs, industriels, tous ensemble, on se dise : il faut faire quelque chose », alerte la mère.