Cluster à Rennes : le premier cas n'a pas le variant britannique

8 janvier 2021 à 9h04 par Marie PIRIOU

Un cluster à risque d’une souche du coronavirus avait été identifié en Bretagne, au pôle gériatrique Rennais de Chantepie. Mais une partie des résultats est tombé : l’un des deux professionnels concernés n’est finalement pas atteint par la variante britannique du Covid. Il s’agit d’une autre souche.

ALOUETTE
Crédit: Archives

A Rennes, un "cluster à risque" est surveillé actuellement par l’ARS Bretagne. Sept résidents et deux professionnels du pôle gériatrique de Chantepie étaient suspectés d’avoir contracté le variant britannique du coronavirus. Mais l’ARS Bretagne vient de communiquer les résultats du séquençage transmis hier soir par le centre national de recherche de l’Institut Pasteur. Des résultats qui concernent uniquement la première contamination de la professionnelle de l’unité de soins longue durée du Pôle Gériatrique Rennais de Chantepie. "Ces résultats indiquent formellement que cette souche ne correspond pas au variant britannique", précise le communiqué.

Les autres résultats attendus la semaine prochaine

Concernant les sept résidents et l’autre professionnel qui présentaient également une forme variante du virus, les résultats du séquençage sont attendus d’ici le début de la semaine prochaine. L’ARS Bretagne rappelle que les professionnels de l’établissement ont adopté l’ensemble des mesures sanitaires pour freiner la propagation du virus. "Sans délai, les investigations menées ont permis de conduire un contact-tracing renforcé. Les visites et sorties ont été immédiatement suspendues, ainsi que les activités collectives. L’ensemble des résidents positifs porteurs d’une forme variante a été transféré dans un secteur dédié (zone réservée COVID). Les professionnels sont isolés à leur domicile."

Un dépistage massif sera à nouveau renouvelé pour les professionnels et résidents dans 6 jours.