#Cognac: facture salée pour une chaudière qui appelle par erreur un numéro surtaxé

17 juin 2016 à 15h46 par Rédaction Alouette

<p>Une chaudière a appelé par erreur durant tout le mois d'avril 2015 un numéro surtaxé pour signaler une panne, ce qui a valu à la ville de Cognac (Charente), propriétaire de l'engin défaillant, une facture de plus de 134.000 euros, a-t-on appris vendredi auprès de la mairie.</p>

ALOUETTE

Une chaudi�re a appel� par erreur durant tout le mois d'avril 2015 un num�ro surtax� pour signaler une panne, ce qui a valu � la ville de Cognac (Charente), propri�taire de l'engin d�faillant, une facture de plus de 134.000 euros, a-t-on appris vendredi aupr�s de la mairie.

Depuis 2004, des automates install�s sur toutes les chaudi�res de la mairie �taient en effet programm�s pour appeler, en cas de panne, le service de maintenance sur un num�ro garanti � tarification basse, a expliqu� � l'AFP le premier adjoint au maire et adjoint aux finances Patrick Sedlacek, confirmant une information du journal Sud Ouest.

Mauvaise surprise pour la mairie de Cognac: "Orange ne nous avait pas pr�venu de la nouvelle affectation de la ligne par l'Arcep (Autorit� de r�gulation des communications �lectroniques et des postes) vers des services commerciaux surtax�s", a soulign� l'adjoint au maire.

Or une chaudi�re d�faillante a appel� durant tout le mois d'avril 2015 ce num�ro pour signaler une d�faillance. Aucun r�parateur n'est venu mais Orange a adress� une facture de 134.536 euros � la mairie. Un montant d�mesur� pour une municipalit� comme Cognac, qui souligne que le contrat pass� avec l'op�rateur pour ses chaudi�res �tait plafonn� � 60.000 euros.

"La ville ne veut pas payer puisqu'elle n'y est pour rien", argumente Patrick Sedlacek, qui souligne que la commune a r�cemment saisi la justice pour contester le montant de cette facture.

"On comprend la d�marche d'Orange, car une partie du montant ne revient pas dans leur tirelire, ils doivent cet argent � un tiers. Mais puisque le d�faut d'information leur revient, nous nous opposons au paiement de la facture totale", explique l'adjoint.

En attendant que la justice tranche, tous les automates �quipant les chaudi�res municipales ont �t� coup�s, puis un changement de num�ro a �t� effectu� pour �viter que ce co�teux incident ne se reproduise.

 

gec-ban/bma

 

(AFP)