Coronavirus : des précisions sur la patiente hospitalisée à Nantes  

28 février 2020 à 10h06 par Alexandrine DOUET

L’Agence Régionale de Santé (ARS) des Pays de la Loire a tenu un point presse ce vendredi matin.

ALOUETTE
Un premier cas de coronavirus en Loire-Atlantique
Crédit: Archives

On en sait un peu plus sur la femme admise ce jeudi au CHU de Nantes. Elle fait partie des 20 cas supplémentaires recensés en France.

État de santé rassurant

La réunion s’est tenue en présence du préfet des Pays de la Loire, Claude d’Harcourt, du Directeur général de l’ARS Jean-Jacques COIPLET, du Directeur général par intérim du CHU de Nantes Fabrice Del Sol et du Chef du service des maladies infectieuses et tropicales du CHU de Nantes, le Professeur François Raffi.  

La patiente est âgée de 58 ans. Il s’agit de la médecin qui avait pris en charge le patient de 55 ans hospitalisé mardi dans un état critique à Amiens. Elle a été admise au CHU de Nantes alors qu’elle était en vacances chez sa mère à La Baule. Le Professeur Raffi a confirmé que son état de santé n’inspirait pas d’inquiétude. La mère de la patiente a elle aussi été hospitalisée ainsi que deux autres « cas contacts ».

Le Professeur Raffi s’est voulu rassurant en indiquant qu’il n’y avait pour l’heure pas de foyer de coronavirus en Pays de la Loire en ajoutant qu’il n’y avait pour l'instant pas de vaccin ni traitement, mais que des médicaments étaient en train d’être testés. Le Chef du service des maladies infectieuses et tropicales du CHU rappelle que le port du masque n’est pas recommandé si l’on n’est pas malade mais que le geste le plus important est de se laver les mains.

Une réunion devait également se tenir ce matin à la mairie de Nantes autour de Johanna Rolland et de ses conseillers municipaux.

Par ailleurs, avant la rentrée lundi prochain, le recteur de l’académie de Nantes William Marois a demandé à ce que les élèves qui reviennent de zones à risques « ne soient pas envoyés dans les établissements scolaires pendant les 14 jours qui suivent leur retour ».
La direction de l’école de design Nantes Atlantique a déjà demandé à quelques élèves revenus de Shanghaï de ne pas venir en cours à Nantes la semaine prochaine. Tandis qu’une quinzaine d’étudiants de cette même école sont eux toujours en Chine.