Coronavirus : le Festival de Cannes reporté

19 mars 2020 à 20h47 par Arnaud Laurenti

Pas de stars sur la Croisette au printemps : face à l'épidémie de coronavirus, le Festival de Cannes renonce à se tenir comme prévu courant mai, mais n'exclut pas un report de quelques semaines.

ALOUETTE
Crédit: Twitter | @Festival_Cannes

Après l'Euro de football et Roland Garros dans le milieu sportif, tous deux reportés, le festival de Cannes était une des dernières grandes manifestations internationales à n'avoir pas fait d'annonce sur son édition 2020.

"Aujourd'hui, nous avons pris la décision suivante: le Festival de Cannes ne pourra se tenir aux dates prévues, du 12 au 23 mai prochains", indiquent les organisateurs jeudi soir dans un communiqué, évoquant "plusieurs hypothèses", "dont la principale serait un simple report, à Cannes, fin juin - début juillet 2020".

Pas de date de report

"Dès que l'évolution de la situation sanitaire française et internationale nous permettra d'en évaluer la possibilité réelle, nous ferons connaître notre décision", précise le communiqué.

Une décision qui sera prise en concertation avec l'Etat, la Mairie de Cannes (sud de la France) ainsi que les professionnels du cinéma, soulignent les organisateurs qui expriment leur "solidarité" avec les personnes atteintes par le coronavirus. L'édition 2020 doit avoir le réalisateur Spike Lee comme président du jury.

Après la parution mi-mars d'un article évoquant une annulation pure et simple, le festival avait assuré qu'aucune décision n'était prise, renvoyant à mi-avril, au moment où les organisateurs devaient dévoiler leur sélection de films en lice pour la Palme d'or.

Le festival "étudie avec attention et lucidité l'évolution de la situation nationale et internationale en concertation avec la Ville de Cannes et le CNC" (Centre national du cinéma et de l'image animée). "Ils prendront ensemble, le moment venu, autour de mi-avril, la décision qui s'imposera", affirmait-il alors sur Twitter.

"On reste raisonnablement optimistes en espérant que le pic de l'épidémie soit atteint fin mars et que l'on respire un peu mieux en avril", affirmait début mars Pierre Lescure, son président.

"Mais nous ne sommes pas inconscients. Si ce n'est pas le cas, on annulera", avait-il lâché.

Des annulations par le passé

Le cas le plus célèbre est l'édition de mai 1968, interrompue après une fronde menée par des cinéastes, Jean-Luc Godard et François Truffaut en tête, en soutien au mouvement étudiant et ouvrier.

À un cinéphile dépité par la tournure des choses, Godard lança notamment: "je vous parle de solidarité avec les étudiants et vous me parlez de travelling et de gros plan", avant de l'invectiver.

Autre temps fort de cette édition pas comme les autres: l'actrice Géraldine Chaplin et le metteur en scène Carlos Saura s'accrochèrent au rideau pour empêcher la projection de leur propre film.

La toute première édition cannoise, celle de 1939, fut elle aussi annulée: elle devait s'ouvrir le 1er septembre, date de l'invasion de la Pologne par l'Allemagne.

Deux jours plus tard, la France et la Grande-Bretagne déclarèrent la guerre à l'Allemagne, renvoyant aux oubliettes pour quelques années le projet d'un festival de cinéma dans le sud de la France, concurrençant la Mostra de Venise.

Résultat: le tout premier festival de Cannes s'ouvrira officiellement le 20 septembre 1946. Miné par des difficultés budgétaires, son avenir restera incertain pendant plusieurs années, avec des éditions annulées en 1948 et 1950.

(avec AFP)