Coronavirus : les clubs de volley favorables à un arrêt de la Ligue A

18 mars 2020 à 5h33 par Bastien Bougeard

Les présidents des 14 clubs de Ligue A se sont réunis le lundi 16 mars pour faire le point sur le championnat. 13 d’entre eux demandent une suspension définitive de la Ligue A.

ALOUETTE
13 clubs de Ligue A sur 14 demandent une suspension définitive du championnat. Du jamais vu depuis 1
Crédit: B.Bougeard | Alouette

Après le hockey sur glace, le volley va-t-il arrêter définitivement le championnat de France ? La question se pose depuis le lundi 16 mars, date à laquelle 13 des 14 clubs qui jouent en Ligue A se sont prononcés en faveur d’une suspension définitive du championnat.

Pas de champion de France ?

Cette demande de suspension du championnat a été transmise à la Ligue nationale de volley qui va devoir l’examiner. Si elle est acceptée, cela ne serait pas sans conséquences. Dans un premier temps, il n’y aurait pas de champion de France, ce serait une première depuis 1944. En revanche, les présidents des clubs se sont montrés favorables à un maintien des relégations et des montées. Si les championnats de Ligue A et de Ligue B sont arrêtés à la 24e journée, Nice serait relégué de la Ligue A vers la Ligue B tandis que Cambrai ferait le chemin averse.

Tours, Nantes et Rennes pourraient jouer les coupes d’Europe

Quid des places pour les compétitions européennes ? Les présidents souhaitent se baser sur le classement arrêté à la 24e journée de Ligue A. Le Tours Volleyball qui est en tête serait dans ce cas-là le seul club français à accéder à la Ligue des champions. Rennes, qui pointe actuellement à la 4e place se verrait qualifié pour la coupe de la CEV et Nantes-Rezé (5e) pourrait disputer la challenge cup. Ce scénario devra être validé prochainement par la Ligue nationale de volley.