Coronavirus : les entreprises durement touchées dans l’Indre

12 mars 2020 à 8h35 par Bastien Bougeard

La chambre de commerce et d’industrie de l’Indre dresse un premier bilan de l’impact du coronavirus sur l’activité économique dans le département. Les chiffres ne sont pas bons, l’hôtellerie et la restauration sont les plus durement touchés.

ALOUETTE
La CCI de l'Indre a réalisé un sondage auprès de 200 entreprises pour évaluer l'impact du Covid 19 d
Crédit: B.Bougeard | Alouette

L’économie française tourne au ralenti depuis que le Coronavirus circule dans l’Hexagone. Les entreprises du pays commencent à souffrir de cette avancée du covid 19. Dans l’Indre, la chambre de commerce et d’industrie a adressé un questionnaire aux différentes entreprises pour connaître les conséquences et les premiers éléments présentés ce 12 mars à la presse sont inquiétants.

L’hôtellerie et la restauration accusent de lourdes pertes

« Le sondage a été réalisé le 4 mars » précise Jérôme Gernais, le président de la CCI de l’Indre. 200 entreprises y ont répondu. L’impact du coronavirus est déjà lourd pour l’économie locale. Le secteur de l’hôtellerie et de la restauration accuse déjà une baisse de fréquentation de 50 % alors que nous ne sommes qu’au début de l’épidémie. « C’est là où l’impact est le plus fort » détaille Jérôme Gernais. L’industrie est touchée notamment la maroquinerie. Les carnets de commande se sont vidés. Pour certaines entreprises des difficultés d'approvisionnements, notamment des matières venant de Chine par exemple, ont été constatées. « C’est une réelle difficulté, regrette Jérôme Gernais. Pour le moment, les activités industrielles de luxes sont touchées, mais ça peut toujours s’étendre à d’autres entreprises ».

« On peut craindre le pire »

Le bilan est donc déjà conséquent dans l’Indre. « Certaines entreprises sont encore fragiles en raison de la crise économique de 2008. Nous devons craindre le pire pour certaines d’entre-elles » regrette Jérôme Gernais. Cumulés aux pertes liées au mouvement des gilets jaunes et des récents mouvements sociaux, certaines entreprises risquent de disparaître selon le président de la CCI. Une situation regrettable, car l’Indre observait un regain économique : « Nous ressentions un mieux depuis quelques mois dans le département. Mais avec le virus qui arrive, nous allons retomber dans quelque chose de négatif. J’ai bien peur que ce soit un coup d’arrêt violent à cette dynamique » souffle Jérôme Gernais. Il reste pour le moment difficile de chiffrer l’impact du coronavirus dans l’Indre. Un nouveau sondage va être mené par la CCI de l’Indre.