Coronavirus : les établissement fermés le resteront jusqu'à la fin du mois

7 janvier 2021 à 17h32 par Arnaud Laurenti

Le Premier ministre a fait le point ce jeudi sur la situation sanitaire en France. En raison de la situation toujours "fragile", aucun des établissements actuellement fermés ne rouvrira avant la fin du mois. Le couvre-feu est prolongé jusqu'à la fin du mois, et sera avancé à 18h00 dans dix nouveaux départements.

ALOUETTE
Crédit: Capture écran | Facebook

Tous les établissements et équipements actuellement fermés en France, compte tenu de l'épidémie de coronavirus, "le resteront encore jusqu'à la fin de ce mois", a annoncé jeudi le Premier ministre Jean Castex.

Restaurants fermés jusqu'à mi-février

"Les musées, les cinémas, les théâtres, les salles de spectacle, les équipements sportifs ou de loisirs ne connaîtront dans les semaines qui viennent, aucun assouplissement", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse commune avec le ministre de la Santé Olivier Véran.

Concernant les bars et restaurant, aucune réouverture n'est envisagée avant "a minima mi-février", selon le chef du gouvernement.

Concernant les stations de ski, un point de situation est prévu le 20 janvier pour une possible réouverture des remontées mécaniques "début février".

Couvre-feu avancé pour 10 départements

Jean Castex a indiqué qu'une décision serait prise vendredi quant à une extension à 10 nouveaux départements du couvre-feu dès 18h00, déjà en vigueur dans 15 départements depuis une semaine.

"Les derniers chiffres nous amènent à identifier dix départements supplémentaires", a dit le chef du gouvernement lors d'une conférence de presse, en expliquant que "les décisions (seront) prises vendredi soir pour rentrer en vigueur dimanche", après des concertations menées par les préfets des territoires concernés. Ces départements sont situés dans l'Est de la France.

Le couvre-feu s'appliquant au reste du pays (à partir de 20 h) est prolongé jusqu'à la fin du mois de janvier.

La frontière avec le Royaume-Uni toujours fermée

Le Premier ministre a également annoncé que les frontières françaises avec le Royaume-Uni resteront fermées "jusqu'à nouvel ordre" pour empêcher la propagation d'une variante du Covid-19, après que "deux clusters à risque" ont été détectés en France, dont un en Bretagne.

"Nous avons décidé le 20 décembre dernier de fermer les frontières avec le Royaume-Uni et cette mesure sera prolongée jusqu'à nouvel ordre", a affirmé le chef du gouvernement, précisant que "seules certaines catégories de personnes" pourront la franchir, à condition d'être testées avant d'entrer en France.

Vaccination étendue aux plus de 75 ans dès le 18 janvier

Concernant la campagne de vaccination, Jean Castex a détaillé la stratégie qui sera appliquée dans les prochaines semaines. Dès lundi 18 janvier, les personnes âgées de plus de 75 ans pourront se faire vacciner. Il sera possible de prendre rendez-vous par téléphone ou en ligne dès le 14 janvier prochain.

Autre information, le ministre de la Santé a indiqué que le délai entre les 2 injections du vaccin Pfizer/BioNTech pouvait être allongé à six semaines au lieu de trois, permettant ainsi de disposer de davantage de doses.

45 000 personnes ont été vaccinées au cours des cinq derniers jours.

Arrête de travail immédiat

Le Premier ministre a également annoncé qu'à compter du 10 janvier, "pour gagner en efficacité" face au Covid-19, une personne ayant des symptômes ou étant cas contact pourra s'inscrire sur le site de l'Assurance maladie pour obtenir un arrêt de travail "immédiat" indemnisé sans jour de carence.

"À partir du 10 janvier, dès que vous avez des symptômes ou que vous êtes cas contact, il vous suffira de vous inscrire sur le site de l'Assurance maladie pour obtenir un arrêt de travail immédiat indemnisé sans jour de carence", a déclaré le Premier ministre lors d'une conférence de presse. "L'Assurance maladie procèdera à un suivi systématique avec deux à trois appels téléphoniques sur 7 jours. Chaque personne déclarée positive se verra proposer à compter du 20 janvier une visite à domicile par un infirmier", a-t-il ajouté.

(avec AFP)