Coronavirus : un TGV médicalisé va transporter des malades du Grand Est vers les Pays de la Loire

26 mars 2020 à 6h34 par Arnaud Laurenti

Un TGV médicalisé doit évacuer vingt patients infectés par le coronavirus vers des hôpitaux des Pays de la Loire afin de soulager les établissements de santé alsaciens, déjà saturés. Ils seront pris en charge dans par les CHU d'Angers, Nantes, Le Mans et La Roche-sur-Yon.

ALOUETTE
Crédit: SNCF

Le train, un TGV Duplex, est entré en gare de Strasbourg mercredi vers 19H30. Plusieurs personnes vêtues de blanc et de vestes de secouristes en sont sorties. Cette évacuation avait été annoncée mardi par le ministre de la Santé, Olivier Véran, qui avait souligné qu'elle constituait une "première en Europe".

Éviter la saturation totale

Les préparatifs pour le transport ont débuté ce jeudi matin dès 6h. Les patients seront installés dans cinq voitures, à raison de quatre par salle basse, celles du haut étant dévolues à la circulation des matériels et des personnels soignants, a indiqué la Direction générale de la Santé (DGS).

Dans chaque voiture, une équipe médicale constituée d'un médecin anesthésiste-réanimateur, d'un interne, d'un infirmier anesthésiste et de trois infirmiers sera présente, selon la DGS.

Ces soignants sont issus des CHU de Nantes et d'Angers ainsi que de l'AP-HP Paris, ajoute la DGS, qui précise que l'opération est coordonnée par le SAMU de Paris.

Au total, une cinquantaine de personnes, soignants et logisticiens, sont présents à bord, selon la même source.

Une rame non médicalisée a été accouplée à la rame médicalisée, afin de faire face à de possibles aléas, comme les collisions avec du gibier.

Le Grand Est, et notamment le Haut-Rhin, est l'une des régions les plus touchées par le coronavirus depuis qu'un vaste rassemblement évangélique a réuni quelque 2.000 personnes fin février. Plusieurs étaient porteuses du virus sans le savoir et ont essaimé la maladie partout à travers la France.

Les hôpitaux alsaciens, submergés depuis plusieurs semaines par un afflux massif et incessant de patients, sont dans une situation critique.

Afin de les soulager, plusieurs opérations d'évacuation de patients ont été conduites par un Airbus de l'Armée de l'air vers d'autres hôpitaux en France, notamment à Brest, une première également. D'autres ont été organisées par hélicoptère vers des pays limitrophes, notamment l'Allemagne.

Autre première, là encore à Mulhouse : un hôpital militaire de campagne, visité mercredi par Emmanuel Macron, a été déployé cette semaine au pied de l'hôpital civil afin de prendre en charge une trentaine de ses patients.

(avec AFP)