Covid-19 : Emmanuel Macron envisage une campagne de vaccination grand public "entre avril et juin"

1er décembre 2020 à 15h01 par Arnaud Laurenti

Emmanuel Macron envisage une campagne de vaccination pour le grand public "entre avril et juin" contre le Covid-19, après une première vague réservée aux publics les plus fragiles, a-t-il déclaré mardi lors d'un point de presse avec le Premier ministre belge Alexander De Croo.

ALOUETTE
Crédit: Capture écran | Facebook | Emmanuel Macron

Le Chef de l'État prévoit pour début 2021 "une première campagne de vaccination très ciblée, avec des vaccins de première génération" compte tenu des doses dont la France disposera, suivi "d'une deuxième vague entre avril et juin, plus large et plus grand public, allant vers la vaccination du plus grand nombre", a-t-il expliqué.

La campagne "très ciblée" devrait suivre les recommandations de la Haute Autorité de Santé, qui préconisait une vaccination en 5 phases ciblant d'abord les personnes vulnérables. La deuxième campagne de vaccination "pour le grand public", sans distinction, devrait intervenir au printemps 2021.

Restrictions pour le ski à l'étranger

Emmanuel Macron a indiqué mardi que le gouvernement envisageait de prendre "des mesures restrictives et dissuasives" pour empêcher les Français d'aller skier à l'étranger, notamment en Suisse, à Noël alors que les remontées mécaniques seront fermées en France.

"S'il y a des pays qui maintiennent des stations ouvertes, il y aura des contrôles pour dissuader les Français" et pour "ne pas créer une situation de déséquilibre avec des stations en France", a expliqué le chef de l'Etat devant la presse après avoir reçu le Premier ministre belge Alexander de Croo.

"Nous aurons des mesures restrictives et dissuasives" qui "seront affinées dans les prochains jours avec le gouvernement et en fonction de la clause de revoyure qu'on a prévue vers le 11 décembre", a-t-il précisé.

Risques d'infection

Emmanuel Macron a dit comprendre "l'angoisse (...) des élus de montagne et des professionnels" et a assuré que tout était fait pour "pouvoir recommencer au plus tôt possible en janvier" les activités montagnardes "quand on aura une visibilité" sur l'épidémie de Covid-19.

Mais, a-t-il souligné, les stations sont "des lieux de brassage" où "il fait nuit à partir de 17 heures" et où "on se retrouve dans des lieux qu'on a loués à plusieurs. On sait que c'est comme cela qu'on s'infecte et donc on cherche plutôt à l'éviter" pour "ne pas sacrifier tous les efforts qu'on faits".

Sur l'ouverture des stations durant les vacances, "il faut de la coordination européenne" selon lui, parce que pour le moment, tous les pays ne sont pas "exactement alignés". Avec l'Allemagne, et probablement l'Italie, "on veut convaincre nos partenaires", comme la Suisse ou l'Espagne, de ne pas le faire.

Alexander de Croo a également jugé nécessaire "une solidarité entre pays" européens sur ce dossier et a prévenu que des contrôles seraient faits aux frontières de la Belgique pour les Belges qui iraient en vacances à l'étranger.

Face à la grogne des professionnels de la montagne, le gouvernement de Jean Castex a annoncé une série de mesures d'aides, notamment une indemnisation des remontées mécaniques fermées en décembre, et un dispositif de chômage partiel avec "un reste à charge zéro" pour les saisonniers.

La décision de fermer les stations a provoqué colère et inquiétude du secteur, relayées par de nombreux élus locaux.

(avec AFP)