Covid-19 : hôpitaux sous tension au Mans et à Laval, premiers vaccins en janvier

23 décembre 2020 à 10h01 par Nicolas Mezil

Beaucoup de départements du Grand Ouest ne seront concernés par les premières vaccinations contre le Covid-19 que début janvier. Les hôpitaux du mans et de Laval souffrent, eux, de la saturation de leur service de réanimation.

ALOUETTE
Crédit: Pixabay

Le ministre de la santé, Olivier Véran, l’a annoncé ce mardi soir au 20-heures de TF1, seuls quelques dizaines de résidents dans deux ou trois Ehpad en France recevront les premières piqûres dimanche, premier jour de la campagne de vaccination. Les vaccins commenceront à arriver samedi pour un lancement donc très progressif.

En Nouvelle-Aquitaine, l’Agence Régionale de Santé précise qu’il faudra attendre le lundi 4 janvier pour que le vaccin commence à être administré dans les Ehpad. En Bretagne et en Centre-Val-de-Loire, aucune date n'est encore avancée.

Pour la Vendée, premières piqûres le 4 janvier également, dans trois Ehpad hospitaliers qui doivent encore être choisis. Trois Ehpad seront aussi concernés en Mayenne dès le début du mois de janvier, selon Luc Duquesnel, président de la confédération des syndicats médicaux français interrogé dans Ouest-France. Ce devrait être au début du mois de janvier aussi pour la Loire-Atlantique et le Maine-et-Loire.

Mais pour la Sarthe, ce ne sera pas avant le 15 janvier, selon les déclarations du directeur du CHU du Mans dans Le Maine Libre.

Tension dans les hôpitaux du Mans et de Laval

Le CHU du Mans dont le service de réanimation est déjà au bord de la saturation. 22 des 23 lits sont occupés. 16 par des malades du Covid et 6 par des personnes souffrant d’autres pathologies. Si de nouveaux patients devaient arriver, des transferts devraient être effectués vers les CHU de Nantes et d’Angers.

A Laval, le centre hospitalier est aussi sous tension. Le service de réanimation compte actuellement 14 lits au lieu de 18, à cause du manque de personnel. Et ils sont tous occupés, avec 6 patients Covid et 8 non-Covid. Le service a dû refuser cette semaine une dizaine de patients qui ont été envoyés vers Angers, Le Mans et Mayenne.

Selon le dernier point de l’Agence Régionale de Santé des Pays-de-la-Loire, la Sarthe connaît un taux d’incidence qui stagne à un haut niveau (148 cas de Covid pour 100.000 habitants sur 7 jours), de même que la Mayenne (121).