Covid-19 : Les eaux usées sous surveillance

9 juillet 2020 à 14h57 par Thierry Matonnat

L’étude des eaux usées permettrait d’anticiper une nouvelle vague de la Covid-19. Des traces du virus seraient rejettées par les personnes contaminées plusieurs jours avant les premiers signes cliniques. La Nouvelle-Aquitaine a lancé un programme de recherches sur les zones les plus densément peuplées cet été.

ALOUETTE
Une surveillance dans les stations d'épurations devrait permettre d'anticiper une reprise de l'épidé
Crédit: Limoges Métropole

Des prélèvements récents ont montré la présence de trace du virus dans les eaux usées parisiennes. Des résultats que l’on doit au réseau Obépine qui s’est créé en Ile de France et qui se développe sur tout le territoire.

Surveillance du littoral de Nouvelle-Aquitaine

En Nouvelle-Aquitaine, des prélèvements sont effectués dans une petite vingtaine de stations d’épurations du littoral sur les zones les plus densément peuplées cet été comme La Rochelle, Royan, Marennes, Arcachon, Bayonne, Biarritz...

Des recherches à Limoges

Une opération identique est menée également par Limoges Métropole en partenariat avec le CHU, l’université de Limoges et l’INSERM. Selon Florian Besse, responsable du Pôle Santé Publique et Environnementale à l’ARS de Haute-Vienne, il apparait que des traces du virus sont présentes dans nos selles avant même que nous ne déclarions de symptômes.

Écouter Florian Besse

L’analyse des eaux usées pourrait donc devenir un outil de lutte contre l’épidémie, un outil de prévention pour les Agences Régionales de Santé, chargées de surveiller l'évolution du Covid-19.