Covid-19 : nouvelles restrictions étendues au Rhône, à l'Aube et à la Nièvre

26 mars 2021 à 6h46 par Arnaud Laurenti

Les nouvelles restrictions sanitaires, déjà en place dans 16 départements depuis une semaine, ont été étendues au Rhône, l'Aube et la Nièvre, a annoncé jeudi le ministre de la Santé Olivier Véran.

ALOUETTE
Crédit: Capture écran | Facebook

"Après concertation" avec les élus et les préfets, "il est apparu indispensable d'amplifier les mesures de protection" pour ces trois départements, qui s'ajoutent aux 16 déjà placés depuis ce week-end sous ces mesures de "freinage renforcé", a ajouté le ministre lors d'un point de presse. Il a précisé que ce nouveau régime sanitaire commence pour les trois départements à compter de vendredi minuit et pour quatre semaines.

Maintien d'une approche par territoire

Parmi les mesures, figurent aussi l'interdiction des déplacements interrégionaux et la mise en place de jauges divisant par deux le nombre d'élèves par classe en lycée.

Tout en affirmant que la "tendance n'est pas bonne", le ministre de la Santé a de nouveau justifié le choix de ne pas imposer un confinement strict, affirmant que les contraintes devaient être ajustées selon les territoires et mettant en avant "l'acceptabilité" pour les Français, "épuisés de lutter sans relâche depuis un an".

Il a aussi fait valoir qu'il était "trop tôt" pour mesurer l'efficacité des mesures en vigueur depuis le week-end dernier.

"Si la situation devait s'aggraver", "nous serions amenés à nous demander s'il faut aller plus loin", a-t-il ajouté.

Les infirmiers peuvent prescrire le vaccin

Les infirmiers pourront à partir de vendredi non seulement injecter les vaccins contre le Covid-19 mais aussi le prescrire eux-même, tandis que dentistes et vétérinaires pourraient aussi être mobilisés, a annoncé jeudi le ministre de la Santé Olivier Véran.

La mission des "infirmières et infirmiers (...) qui jouent un rôle majeur (...) dans la réussite de la vaccination (...) va encore s'amplifier dès demain avec la possibilité qui leur est désormais ouverte par la Haute autorité de santé de prescrire eux-mêmes le vaccin", a déclaré le ministre lors de la conférence de presse hebdomadaire sur la situation sanitaire.

Olivier Véran avait déclaré ces derniers jours avoir saisi l'autorité sanitaire indépendante sur cette possibilité, qui était réclamée notamment par l'Ordre national des infirmiers et la fédération d'associations de patients France Assos Santé.

L'avis a été "transmis au ministre cet après-midi" et sera "publié demain matin", a précisé la Haute autorité de santé (HAS) à l'AFP.

Jusqu'ici, les infirmiers pouvaient injecter les vaccins contre le Covid mais seulement après prescription par un médecin.

Cette nouvelle autorisation "va leur permettre notamment d'aller vers les populations les plus vulnérables et de vacciner au domicile des Français", a ajouté Olivier Véran.

L'avis de la HAS porte également sur l'habilitation de nouvelles professions pour injecter les vaccins contre le Covid.

C'est déjà le cas depuis le 12 mars pour les sapeurs-pompiers ayant suivi une formation spécifique.

"La Haute autorité a élargi la liste des personnes qui peuvent potentiellement injecter un vaccin, avec 250.000 personnes de plus", a indiqué Olivier Véran, évoquant les dentistes ou encore les vétérinaires.

Le ministre a également appelé "tous les étudiants en santé, et tous les professionnels de santé jeunes retraités à prêter main forte pour la vaccination et dans les hôpitaux quand ils le peuvent".

(avec AFP)