FC Nantes : coup de théâtre dans le dossier Rongier

4 septembre 2019 à 5h51 par Alexandrine DOUET

"C'est validé, ils ont accepté mes conditions", a indiqué à l'AFP le président du FC Nantes, Waldemar Kita. Le transfert du milieu de terrain Valentin Rongier, convoité durant tout l'été par l'OM, a finalement été validé ce mardi.

ALOUETTE
Valentin Rongier au côté du Président de l'OM Jacques-Henri Eyraud
Crédit: ©OM

Un transfert de 13 millions d'euros

En raison de la clôture du mercato estival, le club nantais ne pouvait plus recruter, pour un autre milieu de terrain français, Adrien Trebel, qui joue en Belgique à Anderlecht, pour remplacer Rongier. Le transfert de ce dernier à l'OM semblait donc définitivement abandonné. Mais ce mardi, le mercato estival qui avait été rythmé par la "telenovela" Neymar, s'est finalement achevé par l'ultime épisode du feuilleton Valentin Rongier. Le capitaine du FC Nantes a été transféré à l'Olympique de Marseille, en tant que joker.

Selon le règlement français, le mercato fini, tout club de Ligue 1 (ou de Ligue 2) possède ainsi le droit de recruter un nouveau joueur, et un seul, en attendant le mercato hivernal. Une seule condition à respecter : que ce joueur joue en France et soit "titulaire d'une licence de la FFF pour la saison en cours". La vente du milieu de terrain âgé de 24 ans, convoité durant tout l'été par l'OM, devrait rapporter 13 millions d'euros, plus 2 millions de bonus, et un pourcentage non-précisé en cas de revente future du joueur par l'OM.

"Je voulais que ça se fasse, pour le gamin", a confié le président Kita. Et comme Rongier souhaitait vraiment partir à l'OM, pour passer un cap dans sa carrière après avoir joué plus de 130 matches (9 buts, 12 passes décisives) sous le maillot des Canaris, toutes compétitions confondues, depuis la saison 2014-2015, la solution du "joker" est sortie du chapeau.

La situation a néanmoins incité le président Kita à ne rien lâcher mardi sur le montant du transfert et sur ce qu'il a sobrement appelé "des pénalités" pour l'OM, dans son entretien téléphonique avec l'AFP.

Le joueur était en tribune samedi soir à La Beaujoire, avec son agent, lors du match contre Montpellier. Il était parti pour Marseille lundi, afin de passer sa visite médicale. Il y était encore mardi et n'a donc pas participé à l'entraînement à huis-clos de ce qui est désormais son ancien club.

Le milieu de terrain avait notamment été aperçu à l'hôtel Intercontinental, qui surplombe le Vieux-Port, avec le directeur sportif de l'OM, Andoni Zubizarreta, l'établissement de luxe où transitent habituellement les nouveaux joueurs de Marseille.

Gustavo parti, Rongier le remplace

A l'OM, Valentin Rongier remplace numériquement Luiz Gustavo, qui évoluait plus en retrait sur le terrain. Le Brésilien a signé dans la journée de lundi pour le club turc de Fenerbahçe et un transfert de 6 millions d'euros.

L'entraîneur André Villas-Boas, qui avait annoncé avoir "construit un 4-3-3 autour de Luiz Gustavo" va devoir "chercher une alternative pendant ces deux semaines" de trêve internationale. Mais le Néerlandais Kevin Strootman se détache pour le poste de sentinelle.

Avec cette arrivée rocambolesque, l'OM boucle son recrutement. Le club phocéen a pris un joueur par ligne. L'Espagnol Alvaro Gonzalez a déjà gagné sa place en défense centrale, où Villas-Boas loue sa saine agressivité, aux côtés d'un jeune formé au club, Boubacar Kamara. En attaque, l'Argentin Dario Benedetto, arrivé de Boca Juniors, a déjà séduit en marquant deux buts, malgré un penalty raté... à Nantes pour son premier match.

Ce matin, le FC Nantes adresse un message à son ancien joueur sur sa page Facebook.

(Avec AFP)