Festivals de l'été : les organisateurs attendent des réponses concrètes

18 février 2021 à 11h37 par Gabriel Macé

Roselyne Bachelot, la ministre de la Culture, rencontre en visioconférence ce jeudi les organisateurs de plusieurs festivals de musique, dont les Francofolies de La Rochelle, le Hellfest, le Festival de Poupet ou encore Les Vieilles Charrues.

ALOUETTE
Crédit: Pixabay / Image d'illustration

"L'hypothèse d'un été sans festival est exclue", a déclaré Roselyne Bachelot cette semaine. Les organisateurs de festival, eux aussi, souhaitent tous maintenir les événements cette année. "On voit bien que la société va mal", nous a expliqué Chloé Le Bail de l'équipe organisatrice des Escales de Saint-Nazaire, "on a besoin de ces temps de respiration, de découverte, d’émerveillement, qui parfois donnent sens à des vies."

Du côté du Festival de Poupet, Thomas Maindron y croit : "On a confiance, on sent qu’il y a une écoute [de la part du gouvernement]. Honnêtement, on a l’occasion de dire les choses. On est convaincu qu’il y aura des festivals cet été. On attend juste de connaître les règles du jeu pour pouvoir les organiser comme il se doit… Il n’y a pas de doute, on trouvera les solutions !"

Concerts assis uniquement ? Nombre limité de participants ? Tests négatifs obligatoires ? Les organisateurs de festivals veulent désormais des réponses concrètes.

Ils disent en avoir besoin pour s’organiser, comme nous l’a affirmé Chloé Le Bail : "Nous ce qu’on attend, c’est un peu plus de visibilité sur l’avenir… même si on sait que c’est très compliqué pour le gouvernement, notamment à cause de la forte inquiétude qui monte avec l’arrivée des variants de la covid".

Même son de cloche pour Michel Rolland, directeur du festival Cognac Blues Passions : "En septembre, nous sommes parti sur un festival… normal. Tous les contrats sont signés, tous les engagements sont fait, les avances ont été faites, donc il faut qu’on est des réponses le plus tôt possible."

À Morlaix, le Festival Panoramas a joué la carte de la prudence en commençant par reporter l’événement. Il était prévu initialement au mois d’avril (comme chaque année), il est désormais programmé au mois de septembre. "Le choix a été fait de recentraliser l’édition 2021 en centre-ville, sur quelque chose - en terme de nombre de spectateurs - de moins important que d’habitude", a détaillé Eddy Pierres, organisateur du festival finistérien.