Football : Antoine Kombouaré à Guingamp, c'est terminé

13 février 2019 à 13h58 par Rédaction Alouette

<p>Un peu plus de 2 ans après son arrivée,&nbsp;il quitte les Côtes d'Armor.</p>

ALOUETTE

L'humiliation (5-0) subie � Nantes dimanche aura �t� la d�faite de trop pour Guingamp, dernier de Ligue 1, qui a d�cid� mardi de se s�parer de son entra�neur Antoine Kombouar�, fait rare dans ce club atypique.

Le Kanak, arriv� � l'�t� 2016 pour prendre la difficile succession de Jocelyn Gourvennec, aura surv�cu � 6 d�faites en autant de matches pour lancer la saison, mais pas � la 7e, six journ�es plus tard. Certes, le revers de la Beaujoire fait particuli�rement mal, les joueurs ayant baiss� les bras apr�s un premier but conc�d� en toute fin de premi�re p�riode, sur un penalty tr�s g�n�reux.
C'est un coup d'arr�t, mais on est pr�t, ne vous inqui�tez pas, on est pr�t � se battre jusqu'au bout et � faire que samedi prochain il y ait un tout autre r�sultat contre Lyon", avait voulu croire le Kanak apr�s le match. Mais son club a d�cid� d'arr�ter l� malgr� la timide embellie sportive qui avait pr�c�d� ce naufrage: six matches sans d�faites - mais une seule victoire - dont une qualification en Coupe de la Ligue contre Angers en milieu de semaine derni�re.

Dernier mais pas d�sesp�r�

Une inflexion de la courbe qui portait la marque de Kombouar�, puisqu'elle faisait suite � une petite r�volution tactique avec le passage � une d�fense � trois centraux.
Ce changement avait rendu presque imperm�able l'arri�re-garde rouge et noire, qui n'avait pris que 2 buts en 6 matches, contre 17 sur le m�me nombre de rencontres auparavant.
Puis il y a eu Nantes. Le timing du renvoi d'Antoine Kombouar� peut cependant surprendre. D'une part parce que cela faisait plus de 11 ans que Guingamp n'avait pas renvoy� de coach en cours de saison et n'avait connu sur cette p�riode que trois techniciens sur le banc: Victor Zvunka, Jocelyn Gourvennec et Kombouar�.

D'autre part, parce que, bien que d�licate, la situation sportive est loin d'�tre d�sesp�r�e. Guingamp, qui n'est apr�s tout qu'� 4 points de Caen, 16e, peut esp�rer que la s�rie noire d'absences en tout genre - Nolan Roux, Ronny Rodelin, Lucas Deaux bless�s dimanche et Marcus Thuram suspendu - prendra fin un jour. Mais aussi, voire surtout parce que cette d�cision vient rappeler � quel point les communications pr�sidentielles dans le football n'engagent que ceux qui y croient.

Confort� dimanche, vir� mardi

Ma confiance en Antoine Kombouar� "est totalement in�branlable". Aujourd'hui, l''En Avant de Guingamp a la chance d'avoir un entra�neur de tr�s grande qualit� et quand on a un entra�neur de tr�s grande qualit�, on le soutient, on le conforte et telle est ma position".

Ces d�clarations de Bertrand Desplat, le pr�sident de l'En-Avant n'ont pas un mois, pas une semaine, elles datent de dimanche dernier, dans Le T�l�gramme.
"On parle de ses six premi�res d�faites, j'aimerais bien qu'on parle des deux saisons pr�c�dentes avec 70% du temps pass� dans le top 10 de la Ligue 1", avait-il �galement point� du doigt, avant d'oublier manifestement tr�s vite ces semaines � tutoyer les sommets.
"Je ne dirais pas qu'on s'ennuyait les deux saisons pr�c�dentes mais c'�tait presque devenu un peu trop facile ou simple pour un club comme l'En Avant de Guingamp", avait encore poursuivi le dirigeant, comme si on pouvait reprocher � Antoine Kombouar� d'avoir trop bien fait son travail.

Des reproches, Kombouar� en aura re�u beaucoup, justifi�s ou non, sur son int�r�t plus grand pour le travail de son swing sur les parcours de golf de la r�gion, qu'au centre d'entra�nement. Ou sur son manque de proximit� avec le public dans un club �minemment familial.
Mais il partira en tout cas un bilan global tout � fait d�fendable pour un club qui clame haut et fort sa volont� de "passer un cap" tout en continuant � afficher le 19e budget de Ligue 1.

(Avec AFP)