Israël devient le premier pays à interdire le commerce de fourrure animale pour la mode

11 juin 2021 à 9h15 par Léanne Coste

Mercredi dernier, Israël a interdit par décret ministériel le commerce de fourrure animale pour la mode. L’adoption d’une législation aussi stricte est une première.

ALOUETTE
Crédit: Unsplash

En 1976, Israël avait déjà interdit l'élevage d'animaux pour leur fourrure. Mais cette fois-ci, Israël devient le tout premier pays dans le monde à acter une décision encore plus radicale. L’interdiction entrera en vigueur dans six mois. À noter que le commerce de fourrure reste légal dans le cadre de la recherche, de l’enseignement ou encore pour certaines traditions religieuses. 

"L'industrie du commerce de la fourrure provoque des souffrances inimaginables aux animaux et ce décret va transformer le marché de la mode israélienne en le rendant meilleur sur le plan du respect des normes environnementales", a déclaré dans le communiqué Gila Gamliel, la ministre de l'Environnement.

D’autres pays comme le Brésil ont déjà instauré certaines interdictions partielles concernant le commerce de la fourrure. L'objectif reste de protéger les espèces menacées comme le phoque par exemple. 

L'agacement des professionnels français 

Jeudi, l’association La Fourrure française a jugé que cette décision était “autoritaire et infondée”. Le porte-parole de cette association, Pierre-Philippe Frieh, a insisté sur le respect des règles strictes des maisons françaises de luxe concernant la “bientraitance animale”. 

Il dénonce par la suite une décision d’ordre politique compte tenu du lien étroit entre la ministre de l’Environnement israélienne et certaines organisations animalistes. Selon lui, ce choix s’est effectué "dans la précipitation en pleine transition gouvernementale".