Issoudun : l’ouverture du musée Saint-Roch à l’épreuve de la justice administrative

18 février 2021 à 5h56 par Bastien Bougeard

La justice administrative se penche sur le référé déposé par le préfet de l’Indre le 12 février après l’ouverture d’une partie du musée. Le maire André Laignel, visé par ce référé, estime ne pas être sorti du cadre légal.

ALOUETTE
André Laignel, le maire d'Issoudun.
Crédit: Mairie d'Issoudun

Les images ont fait le tour des médias français. Pour la première fois depuis le mois d’octobre, un musée ouvre ses portes aux visiteurs. Il s’agit du musée Saint-Roch à Issoudun.

250 visiteurs pour la réouverture

Réouverture réussie pour le musée qui a compté près de 250 visiteurs samedi et dimanche. Mais une réouverture qui n’a pas plus au Préfet de l’Indre. Dès le 12 février, après l’annonce de l’ouverture, saisit en référé le tribunal administratif pour « non-respect des dispositions du décret du 29 octobre 2020 ». Le tribunal administratif de Limoges doit statuer ce 17 février sur cette demande. Le maire André Laignel se dit serein, car il estime ne pas être sorti du cadre légal.

Seulement deux espaces rouverts

L’édile précise ne pas avoir : « rouvert l’intégralité du musée, mais deux salles. Un parc de sculpture et une galerie d’art. Or, ces deux types de structures peuvent ouvrir. Nous avons retenu ce qui pouvait rouvrir dans des conditions sanitaires évidentes et renforcées ». À l’intérieur de la galerie d’art par exemple, un espace de 30 mètres carrés doit être respecté entre chaque visiteurs. C'est 3 fois supérieur à ce qui est demandé par la loi pour maintenir un établissement ouvert.

« Nous sommes dans notre bon droit » 

Pour la préfecture de l’Indre, la réouverture du musée : « Est susceptible de fragiliser les efforts engagés et compromettre à court terme la prise en charge, notamment hospitalière, des personnes contaminées et des patients atteints d’autres affections ». Pour autant, André Laignel soutient qu’il a : « Rouvert le musée au plus près des textes. La ministre la culture se dit favorable aux expérimentations, en voilà une qui respecte le droit et les consignes sanitaire ! Si l’État une finesse qui lui revient, ce serait de considérer, au pire, que c’est une expérimentation, et au mieux, que nous sommes dans notre bon droit ». Pour le moment, le musée Saint-Roch continue d’accueillir du public.

Ce 17 février, André Laignel a signé une tribune demandant la réouverture des établissements culturels accueillant du public avec la mise en place d’un calendrier raisonnable.