"L'Hermione" arrive à New York, pour les célébrations du 4 juillet

2 juillet 2015 à 9h15 par Rédaction Alouette

ALOUETTE

En fanfare et en chansons, applaudie par une petite foule enthousiaste, "L'Hermione", r�plique de la fr�gate de La Fayette du 18e si�cle, est arriv�e mercredi � New York o� elle doit participer � la f�te nationale am�ricaine du 4 juillet.

Le majestueux trois-m�ts, symbole de l'amiti� franco-am�ricaine, s'est amarr� dans la matin�e au Pier 15, au sud de Manhattan, non loin du pont de Brooklyn.

Plusieurs coups de canon ont salu� son arriv�e, avant que l'�quipage en tenue d'�poque n'entonne une s�rie de chants de marins, salu� par des "bienvenue � New York" des spectateurs.

En 1780, le jeune marquis de La Fayette �tait venu � bord de L'Hermione pour apporter le soutien de la France aux insurg�s am�ricains contre l'Angleterre.

L'Hermione de l'�poque avait particip� � la bataille d�cisive de Yorktown (est).

Sa copie conforme, construite � Rochefort (ouest), avait quitt� la France le 18 avril. Elle �tait arriv�e le 5 juin � Yorktown, sa premi�re escale am�ricaine, apr�s une travers�e de l'Atlantique sans encombre, de plus de 5.200 milles marins.

L'Hermione sera samedi l'invit�e d'honneur de la parade nautique organis�e � New York � l'occasion de la f�te du 4 juillet, c�l�brant la d�claration d'ind�pendance du 4 juillet 1776. Elle devrait y saluer la statue de la Libert�.

Dans la foule mercredi, des habitants de Rochefort �taient venus sp�cialement saluer l'arriv�e de la fr�gate qui a redonn� le moral � leur ville.

"C'�tait �mouvant, j'en pleurais en la voyant arriver", a confi� � l'AFP Danielle Chasseriau, 63 ans, responsable pastorale venue de France avec son mari et leur fils. "On a suivi la construction pendant 17 ans, il y a eu tellement de savoir-faire, d'intelligence, pour r�cr�er ce bateau qui, � son �poque, �tait une Formule 1".

 

- Symbole d'amiti� -

 

"Il ne pourrait pas y avoir de symbole plus fort de l'amiti� franco-am�ricaine, alors que nous nous appr�tons � c�l�brer la naissance de l'Am�rique", a pour sa part d�clar� le consul g�n�ral de France � New York Bertrand Lortholary, apr�s qu'une fanfare eut jou� les hymnes am�ricain et fran�ais � bord.

Parmi les dignitaires pr�sents, le maire de Rochefort Herv� Blanch� et le pr�sident du conseil r�gional de Poitou-Charentes Jean-Fran�ois Macaire.

Dans la foule aussi, des v�t�rans, des enfants, des Am�ricains, des Fran�ais venus de Vancouver au Canada, � plus de 5.000 km.

"C'est �mouvant le culte qu'ils ont ici pour La Fayette", s'�merveille Dani�le Poudenx, venue de Vancouver et qui, avant New York, �tait d�j� all�e saluer L'Hermione � Philadelphie. "On a beau habiter loin, on est toujours Fran�ais", ajoute-t-elle.

"Nous sommes francophiles, c'�tait naturel de venir. Nous voulions voir l'arriv�e", explique aussi Chris Carey, New Yorkaise de 54 ans, dont le mari britannique, conseiller financier, sourit quand on lui demande s'il a pardonn� aux Fran�ais.

Apr�s Yorktown, L'Hermione est remont�e vers le nord, faisant escale � Mount Vernon pr�s de Washington, Annapolis, Baltimore et Philadelphie.

New York avait �t� la derni�re ville lib�r�e par George Washington en 1783.

Elle �tait devenue bri�vement capitale du pays de 1785 � 1790.

Apr�s New York, le c�l�bre trois-m�ts reprendra sa route vers le nord, avec des escales pr�vues � Boston et � Saint-Pierre et Miquelon notamment, avant son retour en France pr�vu le 10 ao�t.

bd/elm

(AFP)