Le carnet de santé numérique expérimenté en Touraine va être généralisé à l'ensemble du pays

13 février 2019 à 10h32 par Rédaction Alouette

<p>Egalement appelé Dossier Médical Partagé, le carnet de santé numérique, a été expérimenté dans neuf départements, dont l'Indre-et-Loire depuis fin 2016.</p>

ALOUETTE

Attendu depuis pr�s de 15 ans, le dossier m�dical partag� (DMP), sorte de carnet de sant� num�rique, va-t-il s'imposer dans le quotiden des Fran�ais au m�me titre que la carte vitale? C'est en tout cas l'espoir de l'ex�cutif, qui officialise mardi sa g�n�ralisation.

Lundi, d�j�, la ministre de la Sant� Agn�s Buzyn a invit� "tous les Fran�ais" � "se faire ouvrir" un DMP, soit sur internet, soit chez leur pharmacien, vantant "un outil de partage d'information pour faire de la meilleure m�decine", avec "des gains de temps, peut-�tre des �conomies" � la cl�.

"Notre objectif est de faire que dans les deux-trois prochaines ann�es, le DMP devienne une r�alit� pour tous les assur�s sociaux de ce pays et l'ensemble des professionnels de sant', a assur� � l'AFP Nicolas Revel, le directeur g�n�ral de l'Assurance maladie, en charge du nouveau dispositif test� depuis 2016 dans neuf d�partements.

Chacun peut d�sormais se rendre sur le site dmp.fr pour cr�er son carnet en ligne, et t�l�charger l'application mobile d�di�e.

Non obligatoire, "gratuit, confidentiel et s�curis', le DMP "conserve pr�cieusement" les informations de sant� du patient, libre de les partager avec son m�decin traitant, son kin�sith�rapeute, son infirmi�re, etc., promet l'Assurance maladie.

Il permet de "retrouver dans un m�me endroit" son historique de soins des 24 derniers mois, ses ant�c�dents m�dicaux (pathologie, allergies...), ses r�sultats d'examens (radio, analyses biologiques...), les comptes rendus d'hospitalisation ou encore les coordonn�es des proches � pr�venir en cas d'urgence.

De quoi satisfaire Fabienne, 57 ans, dont l'allergie aux sulfamides (antibiotique) a failli lui co�ter la vie il y a quelques ann�es, apr�s une op�ration. "Je savais que j'�tais allergique � un m�dicament mais ne me souvenais plus lequel, alors l'anesth�siste a suppos� qu'il s'agissait de la p�nicilline".

�viter ce type d'incident, mais aussi les interactions m�dicamenteuses dangereuses ou les actes redondants et inutiles est la vocation du DMP, �galement cens� favoriser la coop�ration entre les professionnels de sant�. Il est de ce fait particuli�rement recommand� aux personnes atteintes de pathologies chroniques ou aux femmes enceintes.

 

(Avec AFP)