Le Covid a-t-il sauvé des vies sur la route ?

15 septembre 2020 à 9h23 par Denis Le Bars

Le nombre de morts sur les routes ne cesse de baisser depuis mars dernier. Y'a-t-il un rapport avec la crise sanitaire ? Difficile d'établir un rapport entre le coronavirus et notre comportement au volant.

ALOUETTE
Crédit: Archives

Le nombre de morts sur les routes de France a baissé de 19 % au mois d'août, par rapport à août 2019. Cela ne fait que confirmer les chiffres enregistrés depuis mars. Depuis le 1er mars, 446 vies ont été "sauvées" sur les routes par rapport à la même période l'année dernière. Pour la période correspondant au confinement, on enregistre en mars une baisse record de 39 %, puis 55 % en avril.  On peut placer cette très nette amélioration sur le compte de la très forte baisse du trafic,  due bien sûr au confinement. La sécurité routière l'a d'ailleurs confirmé dans un communiqué publié le 13 juillet *.

Cet été aussi 

Seulement - et c'est une bonne nouvelle - l'amélioration s'est confirmée hors confinement. Moins 29 % en juin (85 vies sauvées), moins 11 % en juillet (37), et donc moins 19 % au moins d'août (55). Sur les trois mois la baisse moyenne atteint les 25 %.  Les statistiques relatives au trafic enregistré cet été sur nos routes révèleront peut être une forte baisse d'activité, mais compte tenu des ralentissements enregistrés lors des weekends de chassés-croisés, l'activité routière globable semble identique à celle d'aujourd'hui. 

Et avant le Covid ?

En janvier 2020, le nombre de morts sur les routes a augmenté de près de 10 %, mais précisons qu'en février la tendance s'est inversée avec une baisse de 12 %. L'année 2019 avait, elle, été marquée par une très légère baisse de 0,3 % . 

* La période de confinement est marquée par une forte diminution de la mortalité routière.
La mortalité routière du deuxième trimestre de l'année 2020 est fortement marquée par la crise Covid-19. Selon les estimations provisoires de l’ONISR, la mortalité routière est en baisse de 63% pendant les mois de confinement par rapport à la moyenne des mêmes périodes entre 2015 et 2019.