Les déclarations du patron de Fincantieri à Saint-Nazaire

19 avril 2017 à 13h17 par Rédaction Alouette

ALOUETTE

Le groupe italien Fincantieri, qui doit reprendre le chantier naval STX France de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), n'a "pas une �me colonialiste", a assur� mercredi son PDG, Giuseppe Bono, lors d'une visite � Saint-Nazaire pour rassurer le management et les syndicats de l'entreprise.

Lors d'une r�union avec les organisations syndicales, qui a connu "une forte participation, nous avons pu expliquer qu'en tant qu'Italiens, nous n'avons pas une �me colonialiste et que nous sommes venus ici et avons r�alis� cette op�ration parce que nous pensons qu'ensemble nous pouvons augmenter la valeur de nos entreprises", a d�clar� Giuseppe Bono lors d'une conf�rence de presse.

"Le mod�le de gouvernance, le management du chantier de Saint-Nazaire auquel nous renouvelons toute notre confiance, sera autonome pour g�rer le chantier", a affirm� le pr�sident du groupe italien qui devrait reprendre 48% du capital de STX France.

"�videmment, il serait stupide que les entreprises qui travaillent dans le m�me secteur n'exploitent pas les synergies qui sont possibles", a-t-il cependant soulign�.

Le constructeur naval italien a livr� "52 navires" ces quinze derni�res ann�es, et en a "encore 29" dans son carnet de commandes. Il "n'a aucune n�cessit� d'acqu�rir du savoir-faire", a soulign� M. Bono, alors que les syndicats craignent justement un transfert du savoir-faire fran�ais.

De son c�t�, le chantier de Saint-Nazaire dispose d'un carnet de commandes bien rempli, avec 14 paquebots � construire d'ici 2026.

"Le travail est assur� � Saint-Nazaire pour dix ans. Nous allons travailler sur les 10 ann�es suivantes", a point� M. Bono qui s'est dit "convaincu que ce glorieux chantier pourra enfin atteindre la stabilit� qu'il n'a pas eue ces derni�res ann�es". "On n'est pas un investisseur qui arrive et repart en courant, on est industriel", a-t-il dit.

"Nous voudrions que notre investissement ait un retour mais nous avons aussi l'ambition d'expliquer � la finance et aux investisseurs que l'un des principes fondamentaux d'une entreprise, ce n'est pas seulement la derni�re ligne du bilan mais aussi d'envisager la stabilit� dans le temps", a-t-il ajout�.