Lothar et Martin : Il y a 20 ans, la « tempête du siècle » s’abattait sur la France

26 décembre 2019 à 10h13 par Clovis Canivenc

Les 26 et 27 décembre 1999, deux tempêtes successives, nommées Lothar et Martin, balayaient la France d’Ouest en Est, provoquant des dégâts très importants.

ALOUETTE
Les forêts avaient été ravagées par le passage des tempêtes Lothar et Martin en 1999.
Crédit: Twitter | ONF

Il y a 20 ans, la période des fêtes était marquée par le passage de « la tempête du siècle ». Derrière cette expression se cache en réalité deux tempêtes : Lothar et Martin. Le premier s’est abattu sur la France le 26 décembre. Son frère jumeau Martin est lui arrivé le lendemain.

Des vents records sur le Grand Ouest

Ces deux dépressions sont entrées par la même porte, la Bretagne, mais n’ont pas pris la même trajectoire ensuite. Après avoir frappé l’Île d’Ouessant avec des rafales à 180 km/h, Lothar a emprunté un chemin par le Nord de la France pour rejoindre l’Allemagne.

De son côté, la tempête Martin est passée par le Sud pour se diriger vers la Suisse et l’Italie. Des vents à 198 km/h auront été mesurés à l’Île de Ré. L’arrivée de ces deux tempêtes successives d'une violence inédite leur a valu l'appellation de « tempête du siècle ».

56% du territoire aura été touché par la tempête Lothar et 50% par la tempête Martin. Les vents les plus violents, c’est-à-dire supérieurs à 150 km/h, auront concerné 6% de l’Hexagone.

92 morts en France, 140 en Europe

Le passage de Lothar puis Martin a provoqué la mort de 92 personnes en France. En Europe, le bilan s’élève à 140 victimes. Le département le plus touché est la Charente-Maritime avec 13 décès. L’Ille-et-Vilaine paye également un lourd tribut avec 5 morts, dont 4 dans un accident de la route sur la N12 entre Saint-Brieuc et Rennes à cause de la chute d’un arbre.

Le bilan matériel est également lourd. Au plus fort de la crise, plus de trois millions de foyers sont privés d'électricité. Les forêts sont ravagées, des maisons détruites, des exploitations agricoles dévastées… Le passage de Martin coïncide aussi avec une pleine mer de la nuit, avec un coefficient de 99. Des zones sont ainsi inondées en Charente-Maritime et du côté du bassin d’Arcachon.

Au total, le coût des dégâts causés par la tempête est estimé entre 8 et 13 milliards d’euros.

Quelles leçons ?

Le passage de ces deux tempêtes a suscité une profonde remise en cause de la communication météorologique. Météo-France a mis en place un système de cartes de vigilance à partir de 2001, puis le service Vigicrues.

Un plan particulier de mise en sûreté est instauré dans les établissements scolaires français à partir de 2002 pour préparer les enseignants à une situation de crise. Concernant le réseau électrique, une force d’intervention rapide, composée de 2 500 techniciens mobilisables à tout moment, est installée par Enedis.