Infos

Marie-Flore - "écrire me procure beaucoup de joie "

26 mai 2020 à 07h00 Par Alexandrine DOUET
Crédit photo : DR

Un tube, une histoire ! Avec « Tout ou rien » extrait de l’album « Braquage » Marie-Flore a fait un véritable hold-up sur les ondes. Dans le nouvel épisode de « Morceau de vie », la chanteuse évoque l’histoire de ce titre et bien d’autres choses encore.

Cela fait déjà dix ans que Marie-Flore a choisi de faire de la musique son métier. Après un premier album folk entièrement en anglais « By the Dozen » sorti en 2014, virage à 180° pour la jeune parisienne, auteure compositrice et interprète qui signe cette fois avec « Braquage » un opus en français. Un album sorti en octobre dernier aux sonorités résolument électro, taillées sur mesure pour les dancefloors.

Récit d’une rupture

Ne vous fiez pas à sa silhouette frêle et à son doux brin de voix, derrière cette fragilité apparente se cache une femme forte qui n’a pas peur de dire ce qu’elle pense. Dans ce deuxième album très personnel, Marie-Flore se livre au fil de douze titres aux textes ciselés et parfois crus. Elle y décrit avec une précision quasi-chirurgicale, une relation toxique suivie d’une rupture qu’elle a elle-même vécue. Dans « Tout ou rien », un morceau écrit « en une soirée », comme quasiment toutes les chansons de cet album, Marie-Flore n’y va pas par quatre chemins. Elle pose un ultimatum à son ex-compagnon : « Toi, ferme-la, tais-toi, toi, tu sais pas à quel point […] ce sera tout ou rien ».

Cette atmosphère profondément mélancolique, on la retrouve dans le clip qui illustre le titre, véritable court-métrage aux images léchées dans lequel l’histoire commence par la fin. Marie-Flore nous confie avoir été séduite par le concept du « rewind » qui selon elle colle parfaitement à l’ensemble de l’album. Elle y a pour partenaire le comédien Louka Meliava aperçu dans les films « Respire » de Mélanie Laurent ou encore « La Belle et la Bête » avec Léa Seydoux.

Des « protest songs » à la musique urbaine

Marie-Flore doit son prénom à une chanson de Joan Baez. Ses parents vouent en effet une admiration sans borne pour l’artiste américaine, figure de proue du mouvement folk et de la tradition des « protest songs » des années 70 aux États-Unis. Bercée dès le plus jeune âge par Joan Baez, mais aussi Bob Dylan, Marie-Flore qui a suivi une formation au conservatoire, s’est ainsi tout naturellement tournée vers ce genre musical. Et puis un jour on lui propose d’écrire en français. La jeune artiste originaire des Hauts-de-Seine relève le défi en composant le titre « Palmiers en hiver » qu’elle a d’ailleurs eu l’occasion de chanter en duo avec Julien Doré. Essai transformé.

Aujourd’hui, elle avoue qu’elle aurait du mal à écrire de nouveau dans la langue de Shakespeare. Et ce passage de l'anglais au français s'accompagne d'un changement radical de style musical. La preuve avec ce nouvel album entre pop-électro et musique urbaine. Au gré des interviews, Marie-Flore dit souvent s'inspirer de certains artistes de la scène hip-hop, Damso ou encore PNL.

Bientôt sur scène

Marie-Flore a découvert la scène il y a quelques mois seulement et révèle y avoir pris beaucoup de plaisir. Et pourtant, pour elle ce n’était pas forcément une priorité de se produire devant son public. La jeune femme devait participer pour la première fois à plusieurs festivals en ce printemps ainsi que cet été : le Printemps de Bourges, le Festival « Un singe en été » à Mayenne, ou encore les Francofolies de La Rochelle. Mais la crise sanitaire étant passée par là, elle devra attendre. Ce n’est que partie remise ( pure coïncidence, « Partie remise » est l’un des titres de l’album « Braquage » ! ) Pour l’heure, Marie-Flore est attendue le 28 septembre sur la scène de la Cigale à Paris, un concert qui était initialement programmé le 28 avril dernier. Elle se produira aussi le 6 novembre près de Vannes, à l’Échonova de Saint-Avé.

Pendant le confinement, Marie-Flore a continué d’écrire chez elle et à garder le lien avec ses fans via les réseaux sociaux. Elle a notamment offert à ses fans une version acoustique du titre « C’est si bon ». Quant à son nouveau single « M'en veux pas », il est à découvrir dès maintenant sur Alouette.

Marie-Flore se raconte dans le nouvel épisode de Morceau de vie 

Pour découvrir les prochains épisodes du podcast, n'oubliez pas de vous abonner sur votre plateforme d'écoute préférée. Retrouvez Morceau de Vie notamment sur DeezerSpotify et Apple Podcasts.