Mayenne : les activités d’Aprochim en partie suspendues par le préfet

27 novembre 2019 à 7h16 par Nicolas Mezil

Le préfet de Mayenne a signé ce lundi un arrêté suspendant une partie des activités de l’usine classée Seveso Aprochim à Grez-en-Bouère. En cause : des rejets trop importants de PCB, un dérivé chimique utilisé comme isolant et reconnu comme dangereux pour la santé.

ALOUETTE
L'usine Aprochim de Grez-en-Bouère (Mayenne)
Crédit: Aprochim

L’entreprise Aprochim, classée Seveso seuil haut, traite des déchets souillés au PCB (polychlorobiphényles), notamment des transformateurs électriques. Le PCB est un dérivé chimique souvent utilisé comme isolant. Mais il est aussi dangereux pour la santé, notamment s’il est rejeté dans l’environnement.

Pas de risque pour les riverains

Le seuil fixé près de l’usine de Grez-en-Bouère est de 1,25 picogramme de PCB par gramme dans les herbages. Or, les analyses ont mis en avant plusieurs dépassements depuis août 2018, selon la préfecture de Mayenne, sans toutefois présenter de risque pour les riverains. L’activité touchant donc aux transformateurs électriques est suspendue par le préfet.

Des mesures de surveillance sont mises en place pour les activités agricoles autour de l’usine Aprochim. Les viandes de trois élevages bovins sont interdites à la consommation car les bêtes présentent des taux élevés de PCB sans pour autant dépasser les seuils.

L’usine déjà condamnée en justice

L’entreprise avait déjà été condamnée en avril dernier à respecter ses obligations concernant les normes en PCB, avec une astreinte de 10.000 euros par dépassement.

Le directeur du groupe Chimirec, propriétaire d’Agrochim, envisage un recours contre l’arrêté préfectoral. Selon lui, les dépassements de seuil ont eu lieu seulement en août, pendant une période de chaleur, rendant le PCB plus volatile qu’habituellement.