Michelin Cholet : reprise partielle de l'activité ce mardi, opposition des syndicats

14 avril 2020 à 6h01 par Arnaud Laurenti

Près de 150 salariés de l'usine Michelin de Cholet doivent reprendre le travail ce mardi et leur nombre doit doubler d'ici de la fin de la semaine. Une reprise contestée par trois syndicats qui ont ouvert une procédure pour "danger grave et imminent".

ALOUETTE
Crédit: Archives

Trois syndicats (CGT, Sud, CFE-CGC) ont lancé samedi une procédure pour "danger grave et imminent" (DGI), estimant que toutes les conditions ne sont pas réunies pour la relance progressive de l'activité. Les syndicats demandent notamment le port obligatoire du masque et de gants afin de réduire les risques de contamination.

Une reprise d'activité sur la base du volontariat

La production de gommes et de pneus doit reprendre progressivement à compter de ce mardi à Cholet. L'objectif est "d'assurer le minimum (...) pour ne pas laisser nos clients sans solution", explique le directeur du site dans les colonnes de Ouest-France.

Environ 150 salariés reprendront d’abord le travail, jusqu'à atteindre environ 300 à la fin de la semaine. "Le retour se fait au volontariat. On envisage de faire revenir 500 salariés la semaine d’après pour redémarrer progressivement la production de pneus", précise Olivier Cocheteux à Ouest-France. 

Pas assez de masques

Trois syndicats s’opposent à la reprise de l’activité, estimant notamment le nombre de masques insuffisant. Les syndicats souhaitent que le port du masque et de gants soit obligatoire. Or, actuellement, leur distribution est fixée à la demande du salarié.

La procédure de DGI ouverte samedi doit être étudiée ce matin lors d'une visite de l'usine Michelin de Cholet.

La direction s’est engagée à stopper la production si les mesures sanitaires ne sont pas respectées, ou à renvoyer un salarié chez lui si sa sécurité ne peut être garantie.