Mobilisation massive des opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes

27 février 2016 à 16h35 par Rédaction Alouette

<p>A pied, à vélo, en tracteur : les opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes se sont mobilisés massivement samedi sur le site prévu pour le projet au nord de Nantes, leur première grande manifestation depuis l'annonce d'un référendum sur le sujet par François Hollande.</p>

ALOUETTE

A pied, � v�lo, en tracteur : les opposants � l'a�roport de Notre-Dame-des-Landes se sont mobilis�s massivement samedi sur le site pr�vu pour le projet au nord de Nantes, leur premi�re grande manifestation depuis l'annonce d'un r�f�rendum sur le sujet par Fran�ois Hollande.

Quelque 15.000 personnes selon la pr�fecture, 50.000 selon les organisateurs, ont d�fil� dans le calme sur les axes Nantes-Rennes et Nantes-Vannes - entourant le p�rim�tre du futur a�roport - avant de converger vers le Temple-de-Bretagne.

"Cette manifestation est importante pour montrer notre d�termination et montrer aux politiques que nous sommes les plus nombreux", a lanc� un porte-parole de la Coordination des opposants � l'a�roport, Dominique Lebreton, dans une allusion au r�f�rendum destin� � trancher ce dossier vieux de pr�s d'un demi-si�cle, dont A�roports du Grand Ouest, filiale de Vinci, a �t� d�sign� concessionnaire.

"Nous avons le devoir de conserver ces terres et ces paysans pour produire l'alimentation de demain", a-t-il poursuivi, avant de faire scander � la foule "Vinci d�gage!"

Cette mobilisation "est une r�ponse au Premier ministre qui a dit que le r�f�rendum devrait l�gitimer le projet. La r�ponse est non", a estim� l'eurod�put� �cologiste Jos� Bov�, dans les rangs de la manifestation. "La seule solution, c'est que le pr�sident de la R�publique d�clare ce projet d'inutilit� publique", a affirm� � la presse Jos� Bov�, qui a toutefois �t� pris � partie par quelques jeunes cagoul�s qui l'ont qualifi� de "tra�tre".

"Ce projet de r�f�rendum peut �tre une �ni�me entourloupe qui a une apparence d�mocratique mais on ne fait pas un r�f�rendum sur un dossier mensonger depuis le d�but", a d�nonc� Fran�oise Verch�re, copr�sidente du Collectif des �lus doutant de la pertinence de l'a�roport (Cedpa), sur une quatre-voies Nantes-Vannes ferm�e � la circulation et noire de monde sur plusieurs kilom�tres.

Une chauss�e o� les opposants ont aussi jou� de la musique, et qui a �t� "d�cor�e" de gigantesques slogans et de dessins � la craie ou � la peinture : "le ciel aux oiseaux", un avion transperc� par une carotte d'une dizaine de m�tres de long...

"On a jamais vu une mobilisation comme �a � Notre-Dame-des-Landes", s'est f�licit� Dominique Fresneau, copr�sident de l'Acipa, l'une des principales associations d'opposants, qui a comptabilis� 60 cars de manifestants, venus de toute la France.

Alain Adriaens, lui, a fait le d�placement depuis Bruxelles, "parce que Notre-Dame-des-Landes est un symbole, on vous regarde de partout dans le monde", a-t-il expliqu�.

 

- "Contre le b�tonnage" -

 

Pour un autre manifestant, Jean Bernard, juch� sur son v�lo, la mobilisation "va bien au-del' de la contestation de l'infrastructure a�roportuaire, "c'est tout un syst�me qu'on veut combattre", explique-t-il.

"On voit bien qu'il y a une mobilisation citoyenne de toute la France. Quand Jean-Marc Ayrault veut le concentrer sur Nantes ou le bocage de Notre-Dame-des-Landes, on voit que c'est beaucoup plus vaste que �a et que les gens sont l� pour soutenir les expuls�s mais aussi pour un projet de soci�t�, contre le b�tonnage des terres agricoles", rench�rit Sylvain Fresneau, un agriculteur expulsable de Notre-Dame-des-Landes.

A l'origine, la mobilisation de samedi vise � combattre l'expulsion des 15 derniers habitants historiques de la zone pr�vue pour l'infrastructure, qui ont vu leurs derniers recours rejet�s par la justice fin janvier.

Depuis cette d�cision, le pr�sident de la R�publique a annonc� l'organisation d'un r�f�rendum et le Premier ministre Manuel Valls a dit son souhait de lancer les travaux d�s octobre en cas de victoire du "oui". Mais ni la date, ni la question exacte, ni le p�rim�tre de cette consultation, qui pose de complexes questions juridiques n'ont �t� tranch�s.

En f�vrier 2014, au moins 20.000 personnes s'�taient rassembl�es dans le centre-ville de Nantes pour dire non au transfert de l'a�roport nantais dans le bocage de Notre-Dame-des-Landes, donnant lieu en parall�le � des violences et des d�gradations. Les opposants avaient r�ussi une d�monstration de force le 9 janvier, r�unissant entre 7.200 et 20.000 personnes sur le p�riph�rique nantais.

A Auch, une centaine de personnes ont �galement manifest� leur soutien contre l'a�roport de Notre-Dame-des-Landes, selon un correspondant de l'AFP.

bar-am-rz/ep

 

 

(AFP)