Morbihan : Trois ans de prison pour avoir égorgé le chien de ses grands-parents

29 avril 2021 à 10h18 par Julia Maz-Loumides

À Berric, dans le Morbihan, un homme de 24 ans a fait vivre l’enfer à ses grands-parents pendant plusieurs années. Il a écopé de 36 mois de prison, dont 18 avec sursis, pour avoir, entre autres, égorgé le chien.

ALOUETTE
Crédit: Archives

"On s’est occupé de lui, beaucoup. Petit, il venait tous les week-ends à la maison. Et on l’a récupéré à 16 ans, après son internat à Lorient, dont il est sorti perturbé et drogué", a témoigné la grand-mère adoptive de Thibault Giron, 24 ans, à la barre du tribunal de Vannes ce mardi 27 avril, rapporte Ouest-France.

Pendant des années, le jeune homme aurait rendu la vie de ses hébergeurs infernale : argent volé, carte bancaire dérobée, objets cassés et murs détériorés… Les deux voitures de ses "grands-parents de cœur" ont également été les victimes du jeune adulte sans permis : "encastrée dans le regard de la fosse septique", ou "avec une roue en moins", a indiqué le président du tribunal, Pierre-Olivier Danino selon le quotidien.

En décembre 2019, drogué, Thibault Giron a tiré avec un pistolet à bille dans l’œil d’un des chiens de ses grands-parents puis l’a égorgé.

"Il y a des délits indamissibles"

Pourtant, ses hébergeurs ne voulaient pas que le jeune homme aille en prison. Avant toutes autres démarches, ils ont fait appel à une assistante sociale "pour qu’elle nous aide à lui trouver un lieu pour qu’il ne se drogue plus". "C’est ce qui a déclenché le procès actuel, ce que nous ne voulions pas", a indiqué le grand-père. Le couple a également précisé qu’il s’agissait d’un "garçon très gentil" quand il n’était pas sous l’emprise d’alcool ou de drogue.

Mais le casier judiciaire de Thibault Giron compte déjà six condamnations dont une pour violences sur conjoint. Les poursuites judiciaires sont inévitables pour la procureure Magali Pauthier car "il y a des délits inadmissibles".

"Pour son équilibre psychique, il faut l’écarter de la famille, de ses grands-parents qui ont tout donné et qui n’auraient pas dû", a expliqué l’avocate du jeune adulte.

Thibault Giron a donc été condamné à 36 mois de prison, dont 18 mois avec sursis. Il fait l’objet d’une obligation de soins et d’une interdiction de visite à Berric, chez ses grands-parents.