Nantes : des chambres de la maternité du CHU évacuée à cause des gaz lacrymogènes

18 décembre 2019 à 8h49 par Arnaud Laurenti

Les forces de l'ordre sont intervenues mardi aux abords de la maternité afin de disperser les derniers manifestants. Plusieurs chambres ont dû être temporairement évacuées à cause des gaz lacrymogènes.

ALOUETTE
Crédit: Google Maps

Le gaz est remonté au niveau des chambres de la maternité des 2e et 3e étages, le long du boulevard Jean-Monnet, indique Presse Océan.

Une dizaine de patientes qui occupaient les chambres dédiées aux grossesses pathologiques ont été incommodées, explique le journal. Une dizaine de chambre ont également dû être évacuées au 3e étage. À l'accueil, au rez-de-chaussée, patients et personnels soignants ont également été incommodés. 

Dans un communiqué, la sénatrice PS de Loire-Atlantique Michelle Meunier dénonce la "disproportion de la réponse policière" lors de la manifestation de mardi à Nantes.

"Une vingtaine de chambres ont dû être évacuées : ce n'est pas acceptable. Cette mise en danger est odieuse", s'indigne l'élue, qui demande au ministre de l'Intérieur de "modifier profondément les ordres communiqués aux préfets".