ND-des-Landes: 19 opposants condamnés à une amende avec sursis pour une opération escargot

25 février 2016 à 7h46 par Rédaction Alouette

ALOUETTE

Dix-neuf opposants au projet d'a�roport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) ont �t� condamn�s mercredi par le tribunal correctionnel de Nantes � une amende de 200 euros avec sursis pour avoir entrav� la circulation lors d'une op�ration escargot le 12 janvier sur le p�riph�rique nantais.

Le repr�sentant du minist�re public avait requis dans l'apr�s-midi une peine de 100 jours-amende � 10 euros, soit 1.000 euros, � l'encontre de chacun des pr�venus, poursuivis pour "entrave � la circulation", un d�lit passible de deux ans d'emprisonnement, 4.500 euros d'amende et d'une suspension de permis de conduire pendant trois ans.

Le tribunal a reconnu coupables les pr�venus, �g�s de 23 � 61 ans, du d�lit d'entrave, estimant que "l'objectif premier" de cette op�ration escargot n'�tait pas de manifester mais de "g�ner la circulation", en roulant � une vitesse anormalement basse, en diff�rents points du p�riph�rique et � une heure de grande affluence.

Il a prononc� une peine d'amende avec sursis, "dans la mesure o� il n'y a eu aucune violence" et que chacun des automobilistes avait "obtemp�r' quand les forces de l'ordre leur avaient demand� de "cesser" leur action, a expliqu� le pr�sident du tribunal correctionnel, Bruno Sansen.

"Cette peine est assez dure � encaisser � partir du moment o� ces personnes �taient l� pour manifester une id�e. Cette d�cision nous confirme qu'il y a une diff�rence de traitement car il y a assez peu, ou jamais, de poursuites pour entrave � la circulation pour d'autres mouvements sociaux", a r�agi Me St�phane Vall�e, qui d�fend huit des pr�venus, d�non�ant un jugement qui "vise tr�s clairement � r�primer le mouvement de Notre-Dame-des-Landes".

"Le message, c'est que maintenant sur le ressort de Nantes, les op�rations de type escargot sont interdites, mais que pour certains", a rench�ri Pierre Huriet, autre avocat de la d�fense.

Ils avaient tous deux plaid� pour la requalification des faits en simple contravention.

Cette op�ration escargot du 12 janvier avait �t� organis�e � la veille d'une audience devant statuer sur l'expulsion de onze familles et quatre exploitants agricoles "historiques", vivant sur le futur p�rim�tre de l'a�roport. Elle intervenait trois jours apr�s le blocage du p�riph�rique de Nantes par les opposants � l'a�roport, qui avait n�cessit� l'intervention des forces de l'ordre pour d�loger des manifestants ayant refus� de quitter les lieux.

Dix-neuf personnes avaient �t� interpell�es et plac�es en garde � vue, puis remises en libert� dans la journ�e, et leurs v�hicules avaient �t� saisis et mis en fourri�re.

Une centaine de personnes, accompagn�es de trois tracteurs, se sont rassembl�es dans le calme pendant l'audience devant le palais de justice, sous haute surveillance polici�re.

Onze autres participants � cette op�ration escargot, qui n'avaient pas �t� plac�s en garde � vue, doivent compara�tre le 26 avril devant le tribunal correctionnel de Nantes.

asl/mcl/fm

(AFP)