Parc éolien de Saint-Nazaire : les travaux de raccordement ont commencé

28 novembre 2019 à 5h38 par Nicolas Mezil

Les travaux de raccordement du parc éolien en mer de Saint-Nazaire, qui sera le premier à voir le jour au large des côtes françaises, ont débuté ce mercredi, selon le Réseau de transport d'électricité (RTE).

ALOUETTE
Eoliennes en mer
Crédit: Archives

"Avec ces premiers coups de pelleteuse, la transition énergétique devient très concrète", a assuré Carole Pitou-Agudo, déléguée régionale de RTE.

"L'État a confié à RTE la mission consistant à assurer le raccordement électrique des futurs parcs offshore français. Concrètement, il s'agit d'acheminer l'électricité qui sera produite par les parcs offshore sur le continent", a-t-elle rappelé.

60 km de câbles à relier

Pour le parc de Saint-Nazaire, cela consistera à installer 33 km de liaison sous-marine entre les éoliennes et la plage, puis 27 km de liaison souterraine pour rallier la plage à un poste de raccordement qui sera construit sur la commune de Prinquiau, près de Savenay.

Ce mercredi, les premiers "coups de pioche" ont eu lieu sur la plage de la Courance à Saint-Nazaire où sera installée la "jonction d'atterrage" qui permet de raccorder les lignes sous-marines aux lignes souterraines.

Une fois l'équipement enterré à quatre mètres sous le sable, "l'objectif est de rendre la plage au public en juin 2020", a expliqué Mme Pitou-Agudo. La mise en service du parc est prévue pour 2022.

285 millions d’euros d’investissement

Les équipes de RTE travaillent depuis 2013 sur ces travaux de raccordement du parc de Saint-Nazaire qui représentent un investissement de 285 millions d'euros, soit environ 15% du coût total du projet.

Début juin, le Conseil d'État avait validé le projet de parc d'éoliennes au large de Saint-Nazaire, rejetant les recours déposés par des associations environnementales.

Le projet vise à implanter 80 éoliennes de 6 mégawatts chacune sur le banc de Guérande, sur une surface globale de 78 km² située entre 12 et 20 km des côtes.

Sa puissance installée sera de 480 MW, soit l'équivalent de 20% des besoins électriques de la Loire-Atlantique, selon EDF Renouvelables.

 

(Avec AFP)