Pour Noël 2019, les Français dépensent moins mais privilégient les bons plans

28 novembre 2019 à 9h02 par Arnaud Laurenti

Selon une enquête annuelle, le budget des Français pour Noël devrait s'élever cette année à 549 euros en moyenne, soit 22 euros de moins qu'en 2018.

ALOUETTE
Crédit: Archives

Le budget des Français pour Noël devrait être en légère baisse cette année par rapport à 2018, avec de plus en plus de cadeaux achetés en ligne, effectués en amont et en privilégiant les "bons plans", selon la tendance du "moins mais mieux".

Des cadeaux achetés en ligne, et anticipés lors des promotions

Plus d'un tiers du budget 2019, soit 215 euros en moyenne, sera dépensé en ligne, les cadeaux restant le premier poste de dépenses, "avec un budget en constante augmentation depuis deux ans".

Selon l'enquête publiée cette semaine, les Français envisagent de déposer un peu moins de cadeaux sous le sapin cette année, soit 7 cadeaux en moyenne contre 8,5 en 2018.

Par ailleurs, près de deux Français sur trois anticipent leurs dépenses de Noël, "principalement en se constituant une Cagnotte de Noël tout au long de l'année, pour un tiers (33%) d'entre eux (un chiffre en augmentation de 2 points par rapport à 2018)".

Afin d'optimiser leur budget, 36% des Français achètent leurs cadeaux lors de périodes promotionnelles comme le "Black Friday": 40% des Français déclarent d'ailleurs faire leurs dépenses de Noël dès le mois de novembre.

Les Français plus proches de leurs sous ?

D'un point de vue européen, "les Français sont plus nombreux que les autres (pays) à vouloir réduire leur budget cette année", affirme le cabinet AlixPartners, qui a conduit pour la deuxième fois une étude sur les intentions d'achat des consommateurs pour les fêtes de fin d'année dans six pays (France, Etats-Unis, Allemagne, Italie, Suisse, Grande-Bretagne).

"Près d'un Français sur trois les réduira cette année, contre une moyenne de près d'une personne interrogée sur cinq", souligne l'étude, dévoilée jeudi.

Cette baisse du budget de Noël est le résultat de deux tendances: "une volonté de consommer différemment mais aussi une chasse plus intense aux promotions".

(avec AFP)