Rade de Brest: la qualité de l'eau encore insuffisante, estime la préfecture

28 septembre 2018 à 10h05 par Rédaction Alouette

<p>Le préfet du Finistère Pascal Lelarge alerte sur la qualité de l'eau dans la rade de Brest, réceptacle des nombreuses contaminations venant de ses 2.800 km2 de bassin versant, dans un courrier diffusé mercredi par l'association Eau et Rivières de Bretagne.</p>

ALOUETTE

Le pr�fet du Finist�re Pascal Lelarge alerte sur la qualit� de l'eau dans la rade de Brest, r�ceptacle des nombreuses contaminations venant de ses 2.800 km2 de bassin versant, dans un courrier diffus� mercredi par l'association Eau et Rivi�res de Bretagne.

"La rade de Brest, large baie prot�g�e, drainant plus de 2.800 km2 de bassin versant, fait l'objet de toutes les attentions en mati�re de politique de qualit� de l'eau depuis une vingtaine d'ann�es", �crit Pascal Lelarge dans un courrier aux deux commissions locales de l'eau des Sage (Sch�ma d'am�nagement et de gestion de l'eau) de l'Elorn et de l'Aulne, deux rivi�res qui se jettent dans la rade.

"N�anmoins, les r�sultats de la lutte contre les contaminations demeurent insuffisants ce qui p�nalise l'�conomie maritime et littorale", poursuit-il.

Une analyse sur la qualit� de l'eau dans la rade, jointe au courrier dat� du 19 septembre, souligne "les nombreuses sources de contamination" provenant des territoires amont, citant les contaminations bact�riologiques et parfois virales, les apports de substances dites �mergentes (m�dicamenteuses, perturbateurs endocriniens...), les contaminants chimiques li�s aux m�taux lourds, aux pesticides ou autres produits phytosanitaires ou encore les apports en nitrate et phosphore.

"Les prolif�rations de phytoplancton, les mortalit�s r�centes de coquillage... questionnent sur l'�tat de sant� de la rade", indique la note.

"L'�tat des lieux �tabli par le pr�fet est s�v�re, tant sur les pollutions d'origine urbaine (une vingtaine de stations d'�puration d�ficientes, 9% des assainissements individuels non conformes) que sur les pollutions agricoles (8.000 tonnes d'azote sont d�vers�es chaque ann�es dans la rade)", note l'association Eau et Rivi�res de Bretagne dans un communiqu�.

"L'�tat ne peut se contenter de demander aux acteurs des bassins versants de se mobiliser. Il doit aussi balayer devant sa porte", estime l'association, qui regrette notamment la d�livrance en nombre de d�rogations � la r�glementation pour permettre l'�pandage dans la bande normalement interdite des 500 m�tres de zones conchylicoles.

 

(avec AFP)