Réforme des retraites : le texte examiné à l'Assemblée, 22 000 amendements déposés

3 février 2020 à 7h02 par Arnaud Laurenti

La commission spéciale de 71 députés se penche à partir de ce lundi sur le projet de réforme, dont le texte fait déjà l'objet de 22 000 amendements.

ALOUETTE
Crédit: Archives

L'examen des articles du projet de loi ordinaire et organique est confié à une commission spéciale avant son arrivée devant l'hémicycle le 17 février. 

Deux ministres pour défendre le texte, passes d'armes en vue

Le secrétaire d'Etat aux Retraites Laurent Pietraszewski, en alternance avec la ministre des Solidarités Agnès Buzyn doivent être présents tout du long, pour une semaine voire davantage. Ce lundi, la commission spéciale plonge dans l'examen des articles. Le rapporteur général Guillaume Gouffier Cha (LREM) veut prendre la température : scruter "les questionnements des uns et des autres" et "identifier les voies de discussion", indique-t-il à l'AFP.

Les habituelles discussions de fond entre spécialistes en commission, souvent plus pointues et feutrées que dans l'hémicycle, risquent de céder la place à une guérilla.

22.000 amendements ont été déposés, dont 19.000 par les insoumis, qui "assument" de faire "obstruction". Ils proposent la suppression de chaque alinéa de la réforme, avec un exposé des motifs souvent similaire : "Comme la majorité des Français·es, nous nous opposons totalement à l'ensemble de ce projet de loi". "Les députés manqueraient à leur devoir s'ils n'utilisaient pas toutes les armes possibles pour retarder la décision finale", selon leur leader Jean-Luc Mélenchon. La présidente de la commission Brigitte Bourguignon le condamne : "Cela va empêcher un débat serein" et "ce n'est ni respectueux ni raisonnable".

Et pour la présidente, les moyens d'accélérer les échanges sont limités, avec le risque même de ne pas aller au bout de l'examen des articles. "LFI va nous empêcher, majorité comme oppositions, de modifier le texte", redoute le chef de file des députés MoDem Patrick Mignola, appartenant à la commission spéciale. Ses membres devront tenir la cadence jusqu'à la séance publique, à partir du 17 février, avec plusieurs week-ends à siéger à la clé.

(avec AFP)