Réforme des retraites : le texte présenté en Conseil des ministres

24 janvier 2020 à 5h51 par Arnaud Laurenti

La réforme des retraites est présentée ce vendredi en Conseil des ministres, jour choisi par les opposants pour une 7e journée de grèves et de manifestations, point d'orgue d'une semaine d'actions coup de poing.

ALOUETTE
Crédit: Archives

Au 51e jour du mouvement entamé le 5 décembre, l'intersyndicale (CGT, FO, CFE-CGC, Solidaires, FSU et organisations de jeunesse) espère "une mobilisation maximale" et prévoit de "poursuivre et amplifier les actions". Dès 08H00, ces organisations se retrouveront au siège parisien de Solidaires "pour décider ensemble des suites", alors que la CFE-CGC souhaite "faire une pause".

La journée sera ensuite rythmée par de nombreuses manifestations partout en France. Outre la Capitale, des cortèges défileront ce matin à La Roche-sur-Yon, Angers, Nantes, Laval, Saint-nazaire, Lorient, Brest, Morlaix, Angoulême, Chatellerault, Rochefort, Saintes, Thouars et Niort. D'autres manifestations sont annoncées cet après-midi à Poitiers, La Rochelle, Ponntivy ou encore Cholet.

Calendrier serré pour l'exécutif

Sitôt adoptés en Conseil des ministres, les deux projets de loi - l'un organique, l'autre ordinaire - visant à créer un "système universel" de retraite par points seront transmis à l'Assemblée nationale.

Les députés examineront ces textes au pas de charge : audition des ministres la semaine prochaine, examen des amendements à partir du 3 février, débat en séance publique à partir du 17 février, en vue d'un premier vote début mars, juste avant la trêve imposée par les élections municipales.

En parallèle, les discussions se poursuivent entre gouvernement, syndicats et patronat sur des points-clés comme la pénibilité, le minimum de pension, les fins de carrière et l'emploi des seniors. Autant de sujets qui rendent incertain le coût final de la réforme, dont "l'équilibre d'ici 2027" est renvoyé à une "conférence des financeurs" censée trouver la martingale avant fin avril.

Réclamée par la CFDT, cette instance ad hoc "sera lancée le 30 janvier prochain au Conseil économique, social et environnemental", a annoncé Edouard Philippe dans un entretien à La Croix. Le Premier ministre y assure avoir "bon espoir qu'elle permette de déboucher sur quelque chose d'intelligent et de responsable". Pour l'heure, la CGT et FO n'ont pas indiqué si elles y participeront.

(avec AFP)