Réunification de la Bretagne : Une pétition recueille 100.000 signatures

13 février 2019 à 14h08 par Rédaction Alouette

<p>La pétition a été remise ce mardi au Président du Conseil Départemental de la Loire-Atlantique.</p>

ALOUETTE

"Nous ne pouvons pas ignorer une d�marche d'une telle ampleur et je prends acte de la mobilisation citoyenne qui s'exprime � travers cette p�tition".
D�claration de Philippe Grosvalet dans un communiqu�, apr�s avoir re�u des repr�sentants de l'association Bretagne r�unie.

Bretagne R�unie explique avoir r�uni sur papier des signatures qui repr�sentent 10% du corps �lectoral de Loire-Atlantique. Elle a mobilis� pour ce faire des centaines de b�n�voles depuis les �lections pr�sidentielle et l�gislatives de 2017 afin de d�marcher quelque 150.000 personnes dans la rue ou lors d'�v�nements sportifs et culturels. La p�tition a �t� lanc�e selon le droit d'option, un dispositif effectif jusqu'au 1er mars 2019 qui permet � un d�partement de changer de r�gion. Le seuil des 10% contraint d�sormais le conseil d�partemental � inscrire � l'ordre du jour de sa prochaine session la possibilit� d'organiser une consultation de la population par r�f�rendum. Le conseil d�partemental a cependant toute libert� de d�cider de ne pas organiser cette consultation, et m�me si elle avait lieu et si la population se pronon�ait favorablement, il faudrait encore que les assembl�es des trois entit�s concern�es (d�partement de Loire-Atlantique, R�gion Pays de la Loire et R�gion Bretagne) votent � la majorit� des trois cinqui�mes pour que le rattachement soit effectif. "C'est la seule solution qui existe au niveau l�gal", a toutefois fait valoir Romain Bily, secr�taire g�n�ral de Bretagne r�unie. Il reconna�t que la requ�te revient � "demander � la r�gion Pays de la Loire de scier la branche sur laquelle elle est assise" car la Loire-Atlantique est son d�partement le "plus riche �conomiquement, le plus peupl'. Mais M. Bily estime que si un "oui" l'emportait en cas de consultation, l'Assembl�e nationale et le S�nat interviendraient en faveur du rattachement. "La Bretagne a gard� ses fronti�res pendant 1.200 ans", a-t-il affirm� � l'AFP. Selon lui, l'appartenance de la Loire-Atlantique � la Bretagne "est tellement une �vidence, que pour nous c'est une blessure qu'on ressent d'entendre dire "non, tu n'es pas Breton". La Loire-Atlantique a �t� s�par�e de la Bretagne en 1941 par d�cret du gouvernement de Vichy.

Fin septembre, plus d'un millier de personnes avaient manifest� � Nantes � l'appel de la Coordination D�mocratique de Bretagne, qui regroupe plusieurs associations mais dont ne fait pas partie Bretagne r�unie. Elles r�clament pour leur part l'organisation d'un r�f�rendum auto-organis� pour la "r�unification de la Bretagne".

 

(Avec AFP)