Rugby : Les Maritimes sauvés des eaux

19 juin 2020 à 19h17 par Denis Le Bars

La crise sanitaire a failli avoir raison du Stade Rochelais. Le club a été sauvé du naufrage financier grâce, notamment, à ses supporters, ses partenaires, et ses salariés...

ALOUETTE
Pierre Venayre, directeur, et Vincent Merling, président du Stade du Rochelais
Crédit: Alouette | DLB

"Rejouer le plus vite possible". C'est par cette déclaration que Vincent Merling a commencé la conférence de presse organisée ce vendredi dans l'antre des Maritimes, le stade Marcel Deflandre. Pour le président du Stade Rochelais c'est une façon d'évacuer l'épreuve que son club vient de traverser, sans en être d'ailleurs totalement sorti. "Nous avons vécu des moments difficiles" se souvient-il, "tout s'est écroulé". Mais tout n'est pas réglé. Il reste beaucoup d'interrogations sur l'avenir, en particulier sur les conditions de la reprise du Top 14, le 4 septembre. Une reprise des matchs à huis-clos serait insupportable prévient le président. "Incompréhensible" ajoute Pierre Venayre le directeur général. 

Un trou de 12 millions d'euros

Vincent Merling le confesse, les risques d'arrêt d'activité existaient bel et bien. Son directeur entre dans les détails: un "impact économique colossal" dit-il. Les pertes et le manque à gagner engendrés par l'arrêt prématuré de la saison passée ajoutés aux prévisionnels de la saison prochaine laissent un trou béant de 12 millions d'euros dans les finances du club, soit plus de 40 % du budget. 

Ceux qui ont sauvé le club

Outre l'aide de l'état, le Stade Rochelais doit son sauvetage à ses supporters, ses partenaires, et ses salariés. Alors qu'il restait 5 matchs à jouer au stade Marcel Deflandre (sans compter l'éventuelle phase finale), 90 % des abonnés à la saison 2019/2020 n'ont pas réclamé de dédommagement. Ce geste de solidarité a permis de sauver 4,5 millions d'euros. Il faut savoir que les matchs à domicile représentent 80 % des recettes du club. Du côté des sponsors, la même proportion a maintenu les partenariats, en particulier les trente plus gros. Notons enfin le geste de solidarité "admirable" des salariés du club Charentais-Maritime. Ils ont consenti une baisse moyenne de 15 % des salaires, joueurs compris. 

Le retour à Deflandre

D'ici le 4 septembre, date du coup d'envoi du championnat de France de rugby, les Maritimes joueront deux matchs de préparation: le 21 août contre Toulouse, et le 28 contre Agen. Rien n'est encore sûr mais les dirigeants espèrent les jouer à la Rochelle (il était question ces derniers jours d'une possible confrontation Toulouse/La Rochelle à Limoges). Viendra alors l'heure de la reprise. "Nous serons encore plus fort" clame le président, qui ajoute: "Cette crise va faire grandir le club".