Saint-Pierre d'Oléron : le maire veut rouvrir les plages, le préfet dit "non"

6 mai 2020 à 6h10 par Arnaud Laurenti

Le maire de la commune de l'Île d'Oléron, en Charente-Maritime, a adressé un courrier au Chef de l'État dans lequel il fait part de son intention de prendre un arrêté municipal en faveur de la réouverture des plages de sa commune à compter du 11 mai.

ALOUETTE
Crédit: Archives

Le débat s'annonce houleux : si les sénateurs ont ouvert la porte mardi soir (contre l'avis du gouvernement) à une possible réouverture des plages pour la pratique du sport individuel, les autorités s'y opposent. En Charente-Maritime, le maire de Saint-Pierre d'Oléron prévient : le 11 mai, il prendra un arrêté municipal "autorisant l'accès à certaines plages".

"Une mesure vitale"

Dans une lettre adressée à Emmanuel Macron, et partagée sur la page Facebook de la commune, Christophe Sueur explique notamment que les habitants de l'Île d'Oléron "vivent ici toute l'année, au grand air" et que "l'océan et les espaces naturels littoraux font partie intrinsèque de cette vie insulaire profitant à tous".

L'élu enfonce le clou en interrogant le Chef de l'État : "Le 11 mai, vous avez l'intention d'annoncer un assouplissement des règles de confinement par des mesures de circulation dans les lieux publics, parcs, jardins et centres-commerciaux. Alors, un espace de plein air, dégagé, venté, rythmé par les cycles des marées, permettant les pratiques de loisirs, sportives et familiales distanciées comme la plage serait interdit d'accès ?".

Le préfet s'y oppose

Lors d'une conférence de presse mardi, le préfet de Charente-Maritime a rappelé que le Premier ministre avait indiqué que l'accès aux plages était interdit jusqu'à début juin et que les maires n'ont pas compétence "pour lever sur leur commune une mesure prise par le préfet à l'échelle du département". Nicolas Basselier prévoit donc d'annuler l'arrêté qui sera pris par le maire de Saint-Pierre d'Oléron. Les contrevenants se verront adresser une amende de 135 euros pour non-respect du confinement.

Le préfet a néanmoins indiqué que la possibilité d'ouvrir les sentiers côtiers était à l'étude.

L'amendement adopté par les sénateurs mardi, dans le cadre du projet de loi de prolongement de l'état d'urgence sanitaire, prévoit la mise en place d'un décret encadrant les conditions dans lesquelles les plages et forêts seront ouvertes pour la pratique d'une activité sportive individuelle.

Le projet de loi doit repasser devant l'Assemblée nationale avant son adoption dans le courant de la semaine prochaine.