Traitement du coronavirus : le ver marin d’une entreprise bretonne testé sur des patients parisiens

31 mars 2020 à 5h51 par Marie PIRIOU

Un ver marin pourrait sauver des patients touchés par le coronavirus. Il s’agit d’une molécule produite par Hemarina, une entreprise du Finistère.

ALOUETTE
Crédit: Hemarina

HEMO2Life. C’est le nom de cette molécule qui est produite à base de ver marin. Une molécule qui pourrait permettre aux patients de les aider à s’oxygéner et d’éviter peut-être la réanimation. Elle pourrait même remplacer les respirateurs artificiels utilisés actuellement selon Franck Zal, le PDG de Hemarina.

Une molécule testée dès aujourd’hui sur dix patients ?

Le produit mis au point par l'entreprise morlaisienne a vu son protocole d'essai approuvé par l'ANSM, l’Agence nationale de sécurité du médicament. Il faut désormais le feu vert du Centre de protection des personnes et la molécule pourra être testée, dès aujourd’hui, sur dix patients atteints de Covid-19, dans deux hôpitaux parisiens : l’hôpital Georges Pompidou et la Pitié-Salpêtrière. Franck Zal a déjà expédié ses premières doses d’HEMO2Life.

Un ver marin déjà utilisé pour des greffes

La molécule de ce ver marin a déjà fait ses preuves ces dernières années, notamment pour des greffes de rein ou de visage. L'hémoglobine du ver marin arnicole est compatible avec tous les groupes sanguins humains et elle permet de transporter jusqu'à 40 fois plus d'oxygène dans le sang que l'hémoglobine humaine.