Un cargo transportant des produits explosifs en difficulté au large de la Bretagne

10 décembre 2019 à 5h59 par Marie PIRIOU

Un cargo est en difficulté au large de Saint-Brieuc, un cargo libérien qui transporte onze membres d’équipage mais surtout 4.000 tonnes de nitrate d’ammonium, un corps chimique, explosif.<br /> Un bâtiment de soutien, d’assistance et de dépollution est venu en aide au navire long de plus de 100 mètres.

ALOUETTE
Le cargo Karkloe est en difficulté actuellement en baie de Saint-Brieuc.
Crédit: Préfecture maritime de l'Atlantique

Un cargo est en difficulté au large des côtes bretonnes suite au fort coup de vent d’hier. À l’intérieur, 4.000 tonnes de nitrates d’ammonium. Pour l’instant, la situation est stable selon la Préfecture maritime. Un remorqueur est attendu sur zone, au large de Saint Brieuc, dans les prochains jours pour acheminer le cargo jusqu’aux Pays bas.

À bord, 4.000 tonnes de nitrate d'ammonium, un produit explosif

Ce cargo, le Karkloe, a été victime d'une avarie de propulsion en baie de Saint-Brieuc dans des conditions de mer difficiles. Il avait signalé une avarie sur sa ligne propulsive mercredi dernier, après avoir appareillé de Sodertalje, en Suède, le 27 novembre et alors qu'il faisait route vers Nouadhibou, en Mauritanie. Dans la nuit de dimanche à lundi, les conditions météorologiques se sont aggravées et le cargo a rencontré des difficultés pour se maintenir au mouillage malgré l'aide du remorqueur affrété par l'armateur.

Le navire transporte 11 membres d'équipage et donc 4.000 tonnes de nitrate d'ammonium, un fertilisant hautement explosif. Il est assisté depuis hier par un bâtiment de lutte antipollution, selon la Préfecture maritime de l'Atlantique. Un bâtiment de soutien, d'assistance et de dépollution (BSAD) Argonaute qui a pris en remorque ce cargo de 106 mètres battant pavillon du Libéria, afin de "stabiliser ce dernier sur son point de mouillage".

Un remorqueur attendu sur zone

"La situation est stable et sous-contrôle", a assuré dans la soirée le porte-parole de la Préfecture maritime Riaz Akhoune à l'AFP, précisant qu'un remorqueur affrété par l'armateur, une entreprise allemande basée à Chypre, était attendu sur zone dans les prochains jours pour l'acheminer "probablement" jusqu'à Rotterdam (Pays-Bas).

Rappelons que le 16 avril 1947, une explosion de 2.300 tonnes de nitrate d'ammonium (produit à l'origine du drame d'AZF en 2001 à Toulouse) à bord d'un cargo français stationné dans le port de Texas City, aux États-Unis, avait fait 581 morts et plus de 5.000 blessés.